•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce robot du MIT peut faire un saut périlleux arrière

Une photo du robot Mini Cheetah dans un corridor du MIT. Le robot a quatre pattes et est à peu près de la taille d'un chien.

Le Mini Cheetah est une version miniature et plus facile à modifier du gigantesque Cheetah 3.

Photo : Bryce Vickmark / MIT

Radio-Canada

Après les robots qui se déplacent comme des humains et les robots acrobates de Disney, voilà maintenant que le Massachusetts Institute of Technology (MIT) repousse les limites. Son robot quadrupède Mini Cheetah serait le premier du genre à accomplir un saut périlleux arrière.

Cet exploit est remarquable pour un robot, d’autant plus que ce dernier parvient à sauter de cette façon sur des surfaces inégales, comme la pelouse du campus de l’université américaine. En effet, une telle manœuvre requiert une puissance et une vitesse de calcul impressionnantes

À l’aide de ses capteurs et d’un ordinateur embarqués, le Mini Cheetah calcule la puissance nécessaire pour décoller, tout en tenant compte de la vitesse de rotation qu’il doit appliquer, en plus de mesurer la distance qui le sépare du sol pour ajuster le saut pendant la manœuvre.

Comme les autres robots du genre conçus par le MIT ou d’autres organisations, le Mini Cheetah est également capable de se déplacer de façon autonome dans toutes sortes d’environnements. À sa vitesse maximale, il avance environ deux fois plus vite qu’un humain qui marche.

Une compétition de robots?

En cas de chute, le petit robot de 9 kilos n’a pas besoin d’aide pour se relever. Ses créateurs affirment d’ailleurs qu’il est presque indestructible, ce qui explique peut-être pourquoi ils lui ont enseigné à effectuer un saut périlleux arrière. En cas de bris, ses pièces sont faciles à trouver, peu coûteuses et simples à assembler.

L’équipe du MIT compte fabriquer une dizaine de Mini Cheetah et en prêter à différents laboratoires afin d’améliorer l’algorithme servant à les contrôler.

« Un jour, j’aimerais qu’on organise une course à obstacles de chiens robots, où chaque équipe contrôlerait un Mini Cheetah avec un algorithme différent, a expliqué Sangbae Kim, professeur associé d’ingénierie mécanique au MIT. On pourrait voir quelle stratégie est la plus efficace. C’est comme ça qu’on accélère la recherche. »

En attendant, les créateurs du Mini Cheetah comptent lui enseigner à toujours retomber sur ses pattes. Cela pourrait être utile pour des équipes d’intervention d’urgence, comme des pompiers ou des policiers. « Imaginez que vous voudriez lancer le robot à travers une fenêtre et lui demander d’explorer un édifice, évoque Sangbae Kim. Vous pourriez le faire. »

Avec les informations de MIT News Office

Robotique

Techno