•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de place pour le REM sur le futur pont de l'Île-aux-Tourtes

Le pont, en hiver.

Le pont de l'Île-aux-Tourtes permet de passer de l'île de Montréal à Vaudreuil-Dorion sur l'autoroute 40.

Photo : MTQ

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Ce n'est pas demain la veille que le Réseau express métropolitain (REM) se rendra à Vaudreuil-Dorion. Malgré la volonté du gouvernement Legault de prolonger certaines antennes, les rails demeurent exclus du projet de reconstruction du pont de l'Île-aux-Tourtes, qui fera l'objet d'une annonce gouvernementale mercredi.

Les trains du REM n'ont pas encore commencé à circuler dans le Grand Montréal que, déjà, la Coalition avenir Québec (CAQ) souhaiterait les voir se rendre encore plus loin que prévu, en Montérégie, à Laval et dans l'est de Montréal. Mais pas à Vaudreuil-Dorion.

Le gouvernement de la CAQ n'envisage pas pour l'instant de modifier le projet de reconstruction du pont de l'Île-aux-Tourtes pour permettre un éventuel prolongement de l'antenne ouest du REM, qui s'arrêtera à Sainte-Anne-de-Bellevue.

Ainsi, la version de ce pont qui sera présentée mercredi après-midi par Chantal Rouleau, ministre déléguée aux Transports et ministre responsable de la métropole, sera similaire à celle dévoilée en décembre par Radio-Canada.

« À l'étape actuelle de la planification du projet, les aménagements prévus visent à faciliter le déplacement des autobus qui emprunteront le nouveau pont de l'Île-aux-Tourtes pour notamment se destiner à la station Sainte-Anne-de-Bellevue du REM », a confirmé par courriel Camille Lambert-Chan, l'attachée de presse de la ministre.

Selon les études réalisées jusqu'à présent, l'option envisagée permet de répondre aux besoins actuels et futurs en transport collectif.

Une citation de : Camille Lambert-Chan, attachée de presse de la ministre Chantal Rouleau

Selon le site web du ministère des Transports, on indique qu'une voie réservée aux autobus sera aménagée sur l'accotement dans les deux directions. Elles seront séparées par six voies de circulation – trois dans chaque direction. Une « piste polyvalente », où piétons et cyclistes devront cohabiter, sera aussi accessible sur la voie nord du pont.

Le nouveau pont sera construit au nord de l'actuel.

Une piste qui dérange

Cette nouvelle risque de décevoir grandement les 23 maires de la MRC de Vaudreuil-Soulanges qui, le 20 février dernier, ont adopté une résolution demandant à Québec de revoir le projet afin que le REM puisse un jour se rendre jusque chez eux.

« On veut s'assurer qu'il y ait un espace sur ce pont neuf pour que, le jour où la Caisse de dépôt et placement décide de joindre Sainte-Anne-de-Bellevue et Vaudreuil-Soulanges, il y ait un espace réservé sur ce pont », expliquait il y a deux semaines Guy Pilon, maire de Vaudreuil-Dorion.

Selon lui, l'espace consacré à la « piste polyvalente », d'une largeur de trois mètres, pourrait très bien être utilisé pour faire de la place au REM.

Un jour, on devra avoir le REM. Ça, j'y crois. Dans combien de temps? Je ne le sais pas pour tout de suite. Mais minimalement, il faut prévoir des infrastructures.

Une citation de : Guy Pilon, maire de Vaudreuil-Dorion

Louise Craig, qui a contribué à lancer une page Facebook intitulée « Le REM dans/in Vaudreuil-Soulanges », est d'accord pour dire que cette « piste polyvalente » n'a pas sa place sur le futur pont de l'Île-aux-Tourtes. « Il faut s'entendre qu'en hiver, un vélo, ça ne va pas très, très bien », souligne-t-elle.

Selon Mme Craig, la reconstruction du pont de l'Île-aux-Tourtes est une « opportunité » qu'il serait malavisé de laisser passer, dans la mesure où « un pont, c'est bon pour 50 ans ».

Sans compter que les besoins de la région sont criants, fait-elle valoir, rappelant que la MRC de Vaudreuil-Soulanges connaît une véritable explosion démographique qui se répercute sur les infrastructures routières de la région. Elle-même prévoit deux heures par trajet entre sa résidence, à Hudson, et son lieu de travail, à Montréal.

M. Séguin au centre-ville de Montréal.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Pierre Séguin estime que le trafic entre Vaudreuil et Montréal a doublé de volume dans les 10 dernières années.

Photo : Radio-Canada / Jean-Sébastien Cloutier

Résidant à Vaudreuil-Dorion, Pierre Séguin estime quant à lui que le trafic entre sa résidence et le centre-ville de Montréal, où il se rend quotidiennement, a doublé de volume dans les 10 dernières années.

Il a bien tenté de prendre le train de banlieue sur la ligne Vaudreuil-Hudson, mais la fréquence des départs n'était pas assez élevée. « Vous n'avez qu'à consulter les horaires pour comprendre que ça ne rejoint absolument pas les besoins de la population », soupire-t-il.

Prolonger le REM entre Sainte-Anne-de-Bellevue et Vaudreuil serait, selon lui, la solution la plus simple à un problème devenu particulièrement important dans la région.

« Je ne dis pas de le construire tout de suite! Mais si jamais ce n'est pas prévu dans le cadre de la construction du nouveau pont, c'est un manque de vision totale et complète », pense-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !