•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La vitesse aux abords de l’école Saint-Malo inquiète

Un panneau indiquant une zone scolaire.
Un panneau indiquant une zone scolaire. Photo: Radio-Canada / Marie-Hélène Ratel
Alain Rochefort

Des parents s'inquiètent pour la sécurité des élèves de l'école Saint-Malo, dans le secteur Saint-Sauveur. Ils se plaignent de l'omniprésence de conducteurs au pied pesant qui circulent à proximité de l'établissement situé près des rues Marie-de-l'Incarnation et Raoul-Jobin.

Réunis lundi soir au conseil municipal, les parents inquiets réclament à a Ville de Québec d’intervenir pour corriger la situation.

Le maire Régis Labeaume rappelle qu'il y a 122 écoles à Québec. Elles doivent toutes composer avec des conducteurs qui ne respectent pas toujours les limites de vitesse.

À cet effet, la Ville prépare une nouvelle politique de sécurité routière, entre autres pour accroître la sécurité dans les zones scolaires.

Automobilistes délinquants

Régis Labeaume n'a toutefois pas l'intention de modifier la réglementation sur la vitesse, notamment parce que des études tendent à démontrer que les automobilistes délinquants ne respecteront pas les nouvelles limites.

« Si on veut que ça fonctionne, ça prend absolument une implication des comités de parents, des comités de citoyens, des comités de quartier. C’est la seule façon d’y arriver », souligne le premier magistrat.

Le maire Labeaume a donc appelé les parents à faire preuve d’un peu de patience d’ici à ce qu’une solution soit mise en place.

« Il faut veiller à la sécurité d’abord. »

« Ça s’intensifie la circulation. Les gens roulent vite. Ni la signalisation ni la limite de vitesse ne sont pas du tout appropriées dans le coin », explique Odile Côté-Rousseau, porte-parole du comité de sécurité de l’école Saint-Malo. Elle rappelle que l'école tente de faire changer les choses depuis 2013.

« Ça fait très longtemps qu’on en parle et on juge que l’école pourrait être priorisée. On pourrait être un projet-pilote dans le cadre du grand déploiement du plan de mobilité », ajoute-t-elle.

Avec les informations de Louise Boisvert

Prévention et sécurité

Société