•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Analyse

Les archives du Vatican feront-elles la lumière sur la papauté controversée de Pie XII?

Le pape devant une foule de plusieurs dizaine de milliers de personnes.

Le pape Pie XII bénit la foule à la place Saint-Pierre.

Photo : Getty Images / Fox Photos

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le pape François promet d'ouvrir d'ici 2020 les archives du Vatican concernant tout le pontificat de Pie XII, des années sur lesquelles planent encore aujourd'hui des doutes et des ombres. Les archives secrètes du Vatican permettront-elles d'élucider un mystère qui gêne le Saint-Siège?

L’Église aimerait bien faire du pape Pie XII un saint homme. Il serait le cinquième pape du XXe siècle à être canonisé. Ça devient une tradition. Mais il y a un obstacle à sa canonisation. Ce n’est pas l’absence de miracles ou de guérisons inexplicables qu’on pourrait lui attribuer. C’est plutôt le rôle de ce pape pendant la Deuxième Guerre mondiale qui soulève tant de débats.

Avant d’être élu pape, Eugenio Maria Giuseppe Giovani Pacelli a été diplomate. Il était ambassadeur de l’Église en Allemagne de 1920 à 1930, avant de devenir secrétaire d’État au Vatican jusqu’en 1939. Autrement dit, il était aux premières loges pour constater la montée dévastatrice d’Hitler et du nazisme.

L’élection de Pie XII

Et justement, en 1939, alors que la guerre est sur le point d’éclater, les cardinaux sont réunis en conclave pour désigner le successeur de Pie XI qui vient de mourir. La question s’impose : de quel genre de pape l’Église a-t-elle besoin en ces temps difficiles? Un bon pasteur qui prêche l’évangile et la bonne nouvelle ou un diplomate de carrière qui misera sur la neutralité du Saint-Siège pour, en temps utile, offrir ses services de médiateur?

Giovani Pacelli est donc élu. Il choisit le nom de Pie XII. Mais avoir su les horreurs dans lesquelles le monde allait s’engouffrer, avoir su à quelles épreuves son pontificat allait être soumis, aurait-il préféré se désister et demeurer un simple cardinal?

Silence et discrétion

Le pape Pie XII.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le pape Pie XII dirigeait le Vatican durant la Deuxième Guerre mondiale. Sa tiédeur à dénoncer les atrocités nazies a soulevé des doutes qui persistent encore aujourd'hui.

Photo : AFP / Vatican

Après son élection, nombreux sont ceux qui lui reprochent tous ses discours dans lesquels il n’a pas osé ou n’a pas voulu dénoncer clairement les massacres des juifs sous Hitler, dans lesquels il a omis de nommer explicitement le peuple juif, dans lesquels il a évité de désigner clairement les auteurs de ces abominations.

Par exemple, ce discours de Noël 1942, alors qu’un peu partout sur la planète on tendait l’oreille en espérant de Pie XII un appel aux nations, une solidarité sans faille envers le peuple juif et un rejet absolu de Hitler.

On dira que si Pie XII a ménagé Hitler, c’était pour éviter le pire. Éviter de sanglantes représailles contre des chrétiens et des juifs. Mais la diplomatie de la discrétion est-elle acceptable face à la démence meurtrière?

Le philosophe Frédéric Lenoir, il y a quelques années, se demandait ce qu’auraient fait en pareilles circonstances Jésus et l’apôtre Pierre? « Jésus est mort sur la croix pour avoir été fidèle jusqu’au bout à son message d’amour et de vérité », rappelle-t-il.

Pie XII « s’est trouvé à conduire la barque de Pierre à l’un des moments les plus tristes et les plus sombres du XXe siècle », soutient le pape François. Mais des décennies après la fin de la Deuxième Guerre mondiale, chaque fois qu’un pape ose parler de la candidature à la sainteté de Pie XII, le débat soulève la controverse.

Lorsque Benoît XVI a voulu faire de Pie XII un bienheureux, l’étape qui précède la sainteté, les réactions ont été vives. « Béatifier Pie XII : une décision inacceptable », soutenait l’Amitié judéo-chrétienne de France en 2009.

Un homme habillé en prisonnier devant le Vatican.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un Canadien, survivant de l'Holocauste, manifeste devant le Vatican en 1997 pour demander à l'Église d'être plus transparente quant à son rôle pendant la guerre.

Photo : Reuters / Vincenzo Pinto

Ouvrir les archives secrètes

Il n’y a qu’une chose qui permettrait aujourd’hui de faire avancer le débat, dit-on. C’est d’ouvrir les archives du Vatican couvrant toute cette période. Donner accès aux spécialistes, catholiques ou pas, à ces documents officiels et confidentiels qui nous diraient peut-être ce que derrière les portes closes ce pape racontait, ce qu’il faisait, ce qu’il pensait.

Que pourrons-nous apprendre de ces archives? Tout et peut-être rien. Peut-être y découvrirons-nous effectivement les manœuvres courageuses et clandestines de Pie XII pour sauver des milliers de vies humaines? Peut-être enfin pourrons-nous comprendre son choix de la discrétion diplomatique, un choix indéfendable pour certains comme l’Amitié judéo-chrétienne de France.

« La question des historiens ne concerne pas, comme on le répète sans cesse, l’aide directe ou indirecte apportée par Pie XII pour sauver des vies humaines juives pendant la guerre, mais l’absence de sa parole publique dénonçant le massacre des juifs ».

Il faudra, on l’imagine, des années pour décortiquer et analyser ces millions de documents sortis des archives mystérieuses du Vatican que le pape François s’apprête à ouvrir aux spécialistes.

En dépit de tout ce débat, dans les hautes sphères de l’Église catholique, il y a une volonté manifeste d’ouvrir les portes de la sainteté à Pie XII.

La sainteté, c’est l’affaire de l’Église. Mais pour la société humaine, peut-être que ces sacrées archives nous donneront une image plus juste de l’impossible situation d’un homme au cœur d’un terrible conflit, qui l'a empêché de pouvoir être à la hauteur du message prophétique que son Église lui a confié.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !