•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'augmentation de la taille des classes du secondaire rendra les élèves plus « résilients », selon la ministre de l'Éducation

La ministre ontarienne de l'Éducation, Lisa Thompson, fait une déclaration au Centre des sciences de l'Ontario à Toronto, le 15 mars.
Lisa Thompson a déclaré que l’augmentation du nombre d’élèves par classe au secondaire leur permettra d'avoir de la résilience et d'améliorer leur capacité d’adaptation. Photo: La Presse canadienne / Chris Young
CBC

En voulant défendre sa refonte du système d'éducation, annoncé la semaine dernière, la ministre de l'Éducation, Lisa Thompson, a avancé que l'augmentation du nombre d'élèves par classe sera bénéfique pour eux. La chef du NDP, Andrea Horwath, accuse le gouvernement Ford d'avoir créé une atmosphère similaire au film The Hunger Games dans les écoles secondaires de la province.

La ministre ontarienne de l’Éducation, Lisa Thompson, a justifié l’augmentation du nombre d’élèves par classe à l'école secondaire en affirmant que ce sera bénéfique pour les élèves puisque leur résilience et leur capacité d’adaptation seront améliorées.

En augmentant le nombre d'élèves par classe au secondaire, nous les préparons à la réalité des études postsecondaires et au monde du travail.

Lisa Thompson, ministre de l'Éducation de l'Ontario

Alors que les élèves se préparent à entreprendre des études postsecondaires, les professeurs nous disent que leur capacité d'adaptation et leur résilience sont insuffisantes, a dit Lisa Thompson sur les ondes de Metro Morning sur CBC Radio, mercredi.

Selon la chef néo-démocrate, Lisa Thompson encourage un environnement digne d'un film The Hunger Games qui met en scène des jeunes qui luttent entre eux pour leur survie.

Andrea Horwath a rétorqué que le gouvernement devrait plutôt soutenir les élèves.

Dans le cadre du nouveau plan d'éducation du gouvernement, l'effectif moyen des classes de la 9e à la 12e année du secondaire passera de 22 à 28 élèves.

La porte-parole en matière d'éducation du Nouveau Parti démocratique (NPD) de l’Ontario, Marit Stiles, a également remis en question les propos de la ministre.

La ministre pense-t-elle réellement qu'elle rend service aux élèves en leur retirant leurs enseignants?, a-t-elle lancé mercredi.

Lisa Thompson a répondu qu'elle rejetait la position de l'opposition officielle et que le gouvernement investissait dans l'éducation en Ontario.

En ce qui concerne le travail en groupe et le travail d'équipe, le nombre idéal pour faciliter ces activités en classe se situe entre 26 et 28, avance la ministre ontarienne.

Selon elle, le gouvernement de l’Ontario a décidé d’apporter des modifications à la taille des classes après avoir longuement consulté des membres du public.

Le ministère de l'Éducation rapporte que le gouvernement a demandé l'avis d'employeurs, d'organisations, de professeurs, de parents et d'élèves.

De la 4e à la 8e année, il y aura un élève de plus par classe.

Marit Stiles est revenue à la charge en Chambre, jeudi.

Au lieu de tester la « résilience » de nos enfants en retirant des enseignants des écoles [...], le gouvernement Ford devrait investir dans le maintien d'une taille des classes gérable et devrait maintenir des programmes et des soutiens pour les élèves, y compris ceux qui sont à risque, dit-elle.

Les familles ontariennes méritent un gouvernement à leur écoute, plutôt que de lancer des affirmations arbitraires pour tenter de justifier des politiques qui nuisent aux élèves, aux enseignants et aux parents.

Marit Stiles, porte-parole néo-démocrate en matière d'éducation

Selon Marit Stiles, des classes plus grandes auront un impact négatif sur les élèves.

Des préoccupations face à de possibles pertes d'emplois

Selon une note adressée aux administrateurs du conseil scolaire du district de Toronto (TDSB), la décision du gouvernement entraînera la perte de plus de 1 000 emplois en enseignement.

Bien que cela reste une estimation, le plus grand conseil scolaire de la province croit que les changements du système d'éducation pourraient se traduire par 216 professeurs en moins de la 4e année à la 8e année et 800 de moins dans les écoles secondaires, bien que ces emplois devraient être supprimés en raison de départs à la retraite et de démissions plutôt que de mises à pied.

Toronto

Éducation