•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réduction des dépenses : Saguenay adopte un plan de rationalisation

Table de conseil avec le conseiller Potvin au centre.

La séance du conseil de ville de Saguenay tenue lundi à La Baie était présidée par Michel Potvin.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Mélyssa Gagnon

L'administration Néron donne un coup de barre pour assainir les finances de Saguenay et demande à la fonction publique de mettre la main à la pâte.

D’ici au 1er juin, la direction générale élaborera un plan de rationalisation qui devrait engendrer des économies de 1,5 % du budget total de la Ville.

Dès 2020, les mesures de compression devraient bonifier les coffres municipaux d’environ 5,2 millions de dollars.

Les conseillers ont unanimement adopté une résolution en ce sens lors de l’assemblée publique du conseil de ville de lundi, tenue à La Baie.

Tous les services et départements devront donc se serrer la ceinture.

Des membres du conseil de ville assis à la table.

Les élus de Saguenay ont entériné une résolution visant l'adoption d'un plan de rationalisation de 1,5 % des dépenses administratives.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Le président du comité des finances de la Ville, Michel Potvin, a procédé à la lecture de la résolution à la toute fin de la séance publique. Ce point ne figurait pas à l’ordre du jour.

Le conseiller Potvin présidait l'assemblée en l’absence de la mairesse Josée Néron, en congé forcé pendant deux mois en raison d’une fracture à la jambe causée par un accident de ski.

Il a expliqué que la situation financière actuelle de la Ville nécessite encore plus d’efforts. En décembre, Saguenay a annoncé une hausse moyenne du taux de taxation de 3,9 %. Les contribuables ont fait leur part, croit le président, et le moment est venu de mettre la fonction publique à profit.

Les mesures proposées ne sont pas sans rappeler les compressions de 5 % infligées à tous les services et départements municipaux en 2015 par l’ex-maire Jean Tremblay. Michel Potvin assure cependant qu’elles ne sont pas aussi draconiennes.

« Nous autres, c’est trois fois moins et ce ne sera pas mur à mur. Il n’est pas question, par exemple, d’aller au service des finances et dire que ce sera 1,5 %. Il y a des endroits où on peut intervenir plus facilement et on va y aller par activités », précise le maire suppléant.

Laterrière, l’élément déclencheur

Michel Potvin admet que la décision d’adopter un plan de rationalisation des finances deux mois seulement après l’adoption du budget a été provoquée par le mécontentement des citoyens de Laterrière en lien avec la hausse de taxes.

À Laterrière, le message a été bien clair […]. C’est moi qui l’ai vécu, c’est moi qui étais là et les gens m’expliquaient la façon dont ils vivaient la hausse. Quand on a rencontré le comité, il y avait encore des gens qui étaient mécontents de tout ça. On s’est dit : là, il faut faire quelque chose.

Michel Potvin, président du comité des finances de Saguenay

Pour rétablir l’équilibre budgétaire, la Ville a récemment réduit les subventions accordées à des corporations comme Promotion Saguenay et la Société de gestion de la zone portuaire.

Michel Potvin assure que le plan de rationalisation se déclinera « dans le respect des employés municipaux et de leurs conventions collectives » et sans compromettre les services aux citoyens.

Des citoyens qui font la file au micro.

Les citoyens ont questionné les élus de Saguenay au sujet de plusieurs enjeux, lundi soir, à La Baie.

Photo : Radio-Canada / Mélyssa Gagnon

Le conseiller municipal de Jonquière, Kevin Armstrong, est en faveur des mesures de compressions proposées, pourvu que la Ville n’impose pas un pourcentage fixe à chacun de ses services.

Par le passé, on a vu des coupes en pourcentage. Ce n’est pas la bonne façon de faire.

Kevin Armstrong, conseiller municipal

Récemment, Kevin Armstrong a fait valoir que les coupes imposées au Service de police de Saguenay (SPS) il y a quatre ans ont fait très mal. Un cadre a été retranché, ce qui a eu des répercussions sur les activités du SPS. La Ville a dû rétablir l’équilibre au cours des derniers mois en créant de nouveaux postes au quartier général de la police.

Saguenay–Lac-St-Jean

Politique municipale