•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

John Hickenlooper

John Hickenlooper, photographié de trois quarts, souriant et regardant devant lui

John Hickenlooper est l'un des anciens gouverneurs en lice.

Photo : Reuters / Yuri Gripas

Sophie-Hélène Lebeuf

Ex-gouverneur du Colorado, 67 ans – Largement inconnu à l'échelle nationale, John Hickenlooper déplore « la pire époque de division » depuis la guerre de Sécession et se pose en rassembleur.

Il a abandonné la course en août 2019, un mois avant la troisième série de débats, pour laquelle il ne se serait pas qualifié.

Victime d’intimidation dans son enfance, il se disait prêt à affronter un homme comme Donald Trump.

Résolument centriste et favorable aux entreprises, l'homme d'affaires ayant fait fortune en cofondant la première microbrasserie de l’État se présente comme un « progressiste pragmatique ».

Après avoir servi huit ans comme maire de Denver, la capitale de l’État, il a dirigé le Colorado pendant autant d’années, jusqu’au début de 2019.

Reconnu pour sa recherche du consensus, il s’est souvent allié au gouverneur républicain de l’Ohio, John Kasich, avec qui il a orchestré une initiative bipartisane pour réformer le système de santé, dans la foulée des tentatives des républicains pour abroger l’Obamacare.

Sous sa gouverne, l’État a connu une croissance économique et légalisé la marijuana, ce à quoi il s’était initialement opposé.

Après la fusillade d'Aurora, en 2012, il a signé une loi controversée renforçant le contrôle des armes.

Les progressistes reprochent notamment à John Hickenlooper, qui a été géologue pour une compagnie pétrolière, de ne pas avoir suffisamment régulé cette industrie.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !