•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Consultations sur l’agrandissement d’une école sur le mont Royal

Vue de l'école depuis le trottoir

L'École St. George's de Montréal, située sur le flanc du mont Royal, souhaite agrandir ses locaux.

Photo : École St-George's

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le projet d'agrandissement de l'école St. George's de Montréal, qui se trouve sur le flanc du mont Royal, près du parc du même nom, sera examiné par l'Office de consultation publique de Montréal (OCPM).

L’école secondaire privée anglophone, située à l'adresse 3100, The Boulevard, dans l’arrondissement de Ville-Marie, veut construire une annexe de trois étages afin d’y aménager des laboratoires de science, des salles pour l’enseignement des mathématiques, des serres et des espaces d’apprentissage en lien avec la nature.

Elle veut aussi transformer la cour de l’établissement de telle sorte qu’on y trouve davantage d’espaces verts et moins d’asphalte ou d’espaces de stationnement.

Les travaux devraient s’échelonner sur quatre à cinq ans.

Modification demandée au Plan d’urbanisme

La réalisation du projet nécessite une modification au Plan de protection et de mise en valeur du mont Royal du Plan d’urbanisme de la Ville de Montréal.

Selon la version actuelle de ce plan, la proportion du terrain occupée par les bâtiments ne doit pas dépasser 35 %. Or, en vertu d’un droit acquis, l’École St. George's en occupe actuellement 48 % et le projet d’agrandissement ferait passer cette proportion à 55 %, lit-on dans des documents publiés par le conseil municipal de Montréal.

Le Conseil du patrimoine de Montréal (CPM), le comité Jacques-Viger (CJV), qui intervient lorsque le Plan d’urbanisme doit être modifié) et le Comité consultatif d’urbanisme de l'arrondissement sont tous les trois favorables au projet.

À la demande du CPM et du CJV, une étude a été réalisée afin d’évaluer la valeur patrimoniale du bâtiment existant, qui date de 1956 et qui a été conçu par l’architecte Fred David Levensold. Ce dernier a notamment participé à la création de la salle Wildfrid-Pelletier de la Place des Arts, à Montréal, et du Centre national des Arts du Canada, à Ottawa. L’étude s’est aussi penchée sur l’intégration architecturale de l’ancien bâtiment et du nouveau.

Le CPM et le CJV ont aussi souligné que des sépultures amérindiennes avaient été trouvées dans le secteur au début du 20e siècle. La Ville exige donc que le potentiel archéologique de l'endroit soit vérifié avant les travaux. Elle demande également que le terrain comprenne au moins 34 % de surfaces végétalisées.

Le ministère de la Culture du Québec a donné un avis préliminaire favorable à la réalisation des travaux.

Le conseil municipal de Montréal doit prendre une décision finale sur le projet au printemps prochain, après les travaux de l’OCPM.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !