•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Monter le son ou baisser la fenêtre, des trucs inefficaces contre la fatigue au volant

Le chroniqueur à la circulation pour Radio-Canada Marc-André Boivin a essayé le simulateur qui donne une impression de fatigue au volant.
Le chroniqueur à la circulation pour Radio-Canada Marc-André Boivin a essayé le simulateur qui donne une impression de fatigue au volant. Photo: Radio-Canada / Mireille Roberge
Radio-Canada

Au moins 20 % des usagers de la route admettent avoir conduit en ayant ressenti un état de fatigue ou de somnolence au cours de la dernière année. Et contrairement à la croyance populaire, il n'existe pas de recette miracle pour sauver potentiellement la vie d'un automobiliste fatigué... mis à part le sommeil.

De 2013 à 2017, la fatigue a été en cause dans 21 % des accidents mortels et dans 23 % de l’ensemble des accidents ayant causé blessures ou décès, selon les données de la Société de l’assurance automobile du Québec. Des données qui placent la fatigue en troisième position dans les causes d'accident après la vitesse et l'alcool.

Le Salon International de l'auto de Québec qui s'ouvre mardi au Centre de foires offre donc aux visiteurs l'occasion d'essayer un simulateur de la fatigue au volant, grâce à un équipement qui pèse 18 kilos et qui comprend des lunettes fumées, des poids au bras et à la cheville ainsi qu'un casque. L'ensemble de l'équipement donne une sensation de somnolence au volant à son utilisateur.

Une « combinaison de sommeil » pour vivre la fatigue au volant

Des trucs inefficaces

Rencontré sur place à l'aube de l'ouverture du Salon de l'auto, le professeur de l'Université Laval Charles M. Morin, titulaire de la Chaire de recherches du Canada sur les troubles du sommeil, précise que tous les trucs « populaires » pour se réveiller ne s'avèrent pas toujours efficaces.

« Si on se fait prendre sur la route, le meilleur remède contre le sommeil, c'est le sommeil, souligne-t-il. Donc, de s'arrêter dans un endroit sécuritaire, faire une petite sieste de 15-20 minutes, c'est vraiment la meilleure façon se retrouver une certaine vigilance ».

On peut ajouter à cela la caféine, mais l'histoire de monter le volume de la radio ou de baisser la fenêtre pour avoir plus de vent, ça ne fonctionne pas et ça a été clairement démontré dans des études en laboratoire.

Charles M. Morin, titulaire de la Chaire de recherches du Canada sur les troubles du sommeil

Les jeunes conducteurs de 17 à 24 ans sont particulièrement ciblés par le simulateur de somnolence au volant.

Avec les informations de Mireille Roberge

Accident de la route

Société