•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« J’ai perdu confiance » : la ministre Philpott démissionne en raison de l'affaire SNC-Lavalin

Le reportage de Louis Blouin
François Messier

La présidente du Conseil du Trésor du Canada, Jane Philpott, a annoncé qu'elle quittait le Cabinet Trudeau dans la foulée de l'affaire SNC-Lavalin. Il s'agit de la troisième démission liée à cette affaire, après celles de l'ex-ministre Jody Wilson-Raybould et du conseiller principal du premier ministre Justin Trudeau, Gerald Butts.

Dans une lettre transmise lundi au bureau du premier ministre et publiée sur les réseaux sociaux, Mme Philpott affirme avoir pris sa décision après avoir sérieusement réfléchi aux « événements qui ont ébranlé le gouvernement fédéral dans les récentes semaines ».

Le principe de la solidarité ministérielle signifie que les ministres doivent « défendre toutes les décisions du Cabinet », écrit-elle, et un ministre « doit toujours être prêt à défendre les autres ministres publiquement » et soutenir « le gouvernement et ses politiques ».

« En raison de cette convention et des circonstances actuelles, il est intenable pour moi de continuer à servir comme ministre du Cabinet », conclut-elle.

« Malheureusement, les preuves des efforts faits par des politiciens et/ou des responsables pour faire pression sur l'ancienne procureure générale [Jody Wilson-Raybould, NDLR] pour intervenir dans le dossier criminel impliquant SNC-Lavalin, et la preuve sur le contenu de ces efforts ont soulevé de graves inquiétudes pour moi », ajoute Jane Philpott.

« Ces inquiétudes ont été augmentées par les points de vue exprimés par mes électeurs et d'autres Canadiens. »

« Les principes solennels qui sont en jeu sont l'indépendance et l'intégrité du système de justice », poursuit-elle. « La doctrine fondamentale de la primauté du droit est que notre procureure générale ne doit pas être soumise à des pressions ni à une interférence politique quant au pouvoir discrétionnaire de la poursuite dans des dossiers criminels. »

Malheureusement, j'ai perdu confiance dans la façon dont le gouvernement a géré ce dossier et dans la façon dont il a répondu aux enjeux soulevés.

Jane Philpott, dans sa lettre au premier ministre Trudeau
Analyse des impacts de cette autre démission fracassante avec Tasha Kheiriddin, Daniel Lessard et Madeleine Blais-Morin.

Une ministre aux mandats importants

Justin Trudeau perd ainsi l’une des grandes joueuses de son Cabinet. Depuis son élection en octobre 2015, Jane Philpott n’a cessé de grimper les échelons et s’est retrouvée responsable de dossiers délicats, comme celui de l’aide médicale à mourir alors qu’elle était ministre de la Santé, ou encore celui de la levée des avis d’ébullition d’eau à la tête du ministère des Services aux Autochtones.

« C’était une étoile montante dans le Cabinet », a souligné Madeleine Blais-Morin en entrevue au Téléjournal avec Céline Galipeau.

Ce n’était pas n’importe qui. Jane Philpott était vue comme la ministre des solutions, celle qui pouvait régler des problèmes.

Madeleine Blais-Morin, analyste politique

Lors du remaniement ministériel du 14 janvier, son arrivée au Conseil du Trésor représentait « une promotion », a-t-elle ajouté, « contrairement à Jody Wilson-Raybould, qui s’est vue rétrogradée dans ses fonctions » lors de son départ du ministère de la Justice pour celui des Anciens Combattants.

Jane Philpott s'est dit « attristée » de devoir quitter le Conseil du Trésor, alors qu'elle était « au travail pour livrer la marchandise » dans le cadre d'un mandat important.

« Mais je dois respecter mes valeurs fondamentales, mes responsabilités éthiques et mes obligations constitutionnelles », écrit-elle. « Il peut y avoir un coût à agir selon ses principes, mais le coût de leur abandon est plus grand ».

Mme Philpott précise qu'elle va continuer de représenter ses électeurs de la circonscription de Markham-Stouffville, en Ontario, sous la bannière libérale.

Elle dit vouloir continuer à défendre des éléments centraux de la plateforme libérale, comme la justice pour les peuples autochtones, et mettre en œuvre un plan pour lutter contre les changements climatiques.

Justin Trudeau commente la démission de Jane Philpott

Trudeau est déçu, mais respecte la décision de Mme Philpott

Évoquant la démission de Jane Philpott lors d’une assemblée partisane sur le thème de la lutte contre les changements climatiques à Toronto, le premier ministre Justin Trudeau a dit qu’il était au courant de son malaise par rapport aux événements des dernières semaines.

Je savais que Mme Philpott se sentait comme ça depuis un certain temps. Et bien que cela me déçoive, je respecte sa décision de se retirer.

Justin Trudeau

« Je reconnais et j’apprécie tout le travail qu’effectue le comité de la justice. J’écoute avec attention les différents témoignages et opinions. Il nous reste encore beaucoup de questions auxquelles il faut répondre et plus à dire dans les prochains jours et les prochaines semaines », a ajouté M. Trudeau.

M. Trudeau a loué le travail effectué par la ministre démissionnaire sous les cris de quelques manifestants opposés aux projets de pipelines. Ils ont été évacués de la salle sous bonne escorte.

À ses yeux, il est normal d'avoir des « désaccords » et des « débats » au sein de la démocratie canadienne.

Un hommage appuyé de Jody Wilson-Raybould

Jody Wilson-Raybould a rendu hommage à Jane Philpott sur Twitter, qu'elle a qualifiée de « mère de la patrie ». Elle a notamment loué son « engagement constant et inébranlable à toujours faire ce qui est bon et meilleur pour les Canadiens ». Et d’ajouter à l’adresse de son ancienne collègue du gouvernement : « Vous êtes une chef de file en matière de vision et de force et j'ai hâte de continuer à travailler avec vous. »

Le caucus libéral compte donc jusqu'à nouvel ordre deux députées ouvertement opposées à la façon dont le gouvernement Trudeau a géré le dossier de SNC-Lavalin.

« Je suis surpris, malheureux », a commenté le ministre de l'Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne. « Vous savez, la ministre Philpott, c’est plus qu’une collègue, c’est une amie. Comme présidente du Conseil du Trésor, elle et moi, on a eu à faire beaucoup ensemble. »

« C’était une voix forte au sein du Cabinet. Donc, [c'est une] déception », a-t-il ajouté, sans commenter davantage les raisons de son départ. Il dit ne pas avoir eu l'occasion de lire sa lettre de démission.

C’est clair que quand on perd une joueuse importante comme ça au sein de l’équipe, c’est certain que ça fait quelque chose.

François-Philippe Champagne, ministre de l'Infrastructure et des Collectivités

Pour sa part, la ministre Marie-Claude Bibeau, nouvellement titulaire de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, a écrit sur Twitter : « Je réitère toute ma confiance au premier ministre Justin Trudeau et à notre gouvernement. »

L'opposition exige de faire la lumière sur l'affaire SNC-Lavalin

« Le gouvernement Trudeau est en plein chaos », a commenté le chef conservateur Andrew Scheer sur Twitter.

Les Canadiens assistent aux derniers moments du gouvernement libéral de Justin Trudeau.

Andrew Scheer, chef conservateur

Pour M. Scheer qui veut toujours la tête du premier ministre, les raisons pour lesquelles Justin Trudeau a exercé de la pression sur l’ancienne procureure générale n’ont jamais été basées sur la préservation d’emplois, mais plutôt les gains politiques pour le Parti libéral.

« Il [M. Trudeau] n’a pas laissé l’ancienne procureure générale parler librement et nous ne connaissons pas toute l’histoire. La version de M. Trudeau change tous les jours et il n’est pas honnête avec les Canadiens. Il doit coopérer avec la GRC et démissionner. »

Pour sa part, le chef du NPD, Jagmeet Singh, estime que « la démission de Jane Philpott souligne plus que jamais la nécessité d'une enquête publique ».

Le premier ministre et tous ceux qui ont été mentionnés dans le témoignage de Jody Wilson-Raybould doivent témoigner sous serment.

Jagmeet Singh, chef du NPD

De plus, poursuit-il, « cela soulève de sérieuses questions au sujet de l'ingérence du premier ministre Trudeau et de l'engagement du gouvernement libéral envers la réconciliation avec les peuples autochtones. Les Canadiens méritent d'avoir un gouvernement de leur côté ».

La députée britanno-colombienne Jody Wilson Raybould a démissionné le 12 février, cinq jours après que le Globe and Mail eut révélé qu'elle a subi des pressions pour que SNC-Lavalin évite un procès criminel.

Lors de son témoignage devant le comité de la justice, la semaine dernière, Mme Wilson-Raybould a affirmé avoir été la « cible de pressions constantes et soutenues de la part de membres du gouvernement » dans ce dossier. Elle a dit y voir « une tentative inappropriée pour que SNC-Lavalin obtienne un accord de réparation ».

« Ces événements impliquent 11 personnes [...] du cabinet du premier ministre, du Conseil privé et du cabinet du ministre des Finances. Cela inclut des conversations en personne, des appels téléphoniques, des courriels et des messages textes », a-t-elle ajouté, avant de détailler longuement les différentes pressions dont elle a été l'objet.

À l'instar de Mme Philpott, Mme Wilson-Raybould a aussi décidé de rester députée libérale. Elle a même annoncé dimanche qu'elle sera candidate libérale dans sa circonscription de Vancouver-Granville aux prochaines élections fédérales, qui auront lieu en octobre prochain.

Avec la collaboration de Karim Ouadia

Politique fédérale

Politique