•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les employés de Québec solidaire sont syndiqués

Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé, souriants, durant un point de presse.

Les dix députés de Québec solidaire, dont les co-porte-parole Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé, ont été reconnus comme employeurs durant le processus de syndicalisation.

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Québec solidaire s'inscrit une fois de plus en rupture avec la tradition à l'Assemblée nationale. Son personnel politique est désormais syndiqué, du jamais-vu dans l'histoire politique québécoise.

Le Tribunal administratif du travail vient d’accréditer la Confédération des syndicats nationaux (CSN) pour négocier une première convention collective au nom des employés de l’aile parlementaire et des bureaux de circonscription de Québec solidaire. Plus de 50 % d’entre eux ont donc manifesté leur désir de se syndiquer.

L’expansion soudaine de la formation politique, maintenant reconnue comme groupe parlementaire avec ses 10 députés et un budget annuel de 1,6 million de dollars, a poussé le personnel à se syndiquer.

Pendant le processus, la désignation de l’employeur est rapidement devenue un enjeu. Le parti? L’Assemblée nationale? C’est plutôt chacun des dix députés solidaires qui ont été reconnus comme employeurs.

« Ce qu’on a voulu faire, c’est de protéger le droit à la syndicalisation des travailleurs », explique le vice-président de la CSN, Jean Lacharité, lorsqu’interrogé sur les complications découlant de cet arrangement. « On a déjà vu neiger. »

La CSN en est venue à la conclusion qu’il s’agissait de la meilleure stratégie pour obtenir l’accréditation des travailleurs de la politique en vertu de la Loi sur l’Assemblée nationale du Québec.

Si les salariés d’un député de la CAQ, du Parti libéral ou du Parti québécois veulent se syndiquer, on a la preuve ici que ce sont des salariés au sens du Code du travail.

Une citation de : Jean Lacharité, vice-président de la Confédération des syndicats nationaux

Négociations à venir

Le syndicat représente dorénavant 45 employés solidaires. La prochaine étape sera d’appeler une assemblée générale et de déterminer la façon dont seront négociées les nouvelles conditions de travail, soit député par député ou avec tous les dix députés ensemble.

Si Jean Lacharité reconnaît que le travail politique est « atypique » et que les conditions salariales relèvent de l’Assemblée nationale, il estime pouvoir améliorer les conditions normatives, telles que les congés de maladie et la conciliation travail-famille.

Une expérience semblable s’est par ailleurs développée depuis une dizaine d’années au fédéral avec la syndicalisation des employés du Nouveau Parti démocratique du Canada.

Mathieu Dion est correspondant parlementaire au bureau de Radio-Canada à l'Assemblée nationale

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !