•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La certification « pêche durable » du crabe des neiges reste suspendue

Un crabe des neiges fraîchement pêché.

La certification MSC pour le crabe des neiges reste suspendue à l'issue d'un audit mené par SAI Global.

Photo : Radio-Canada / Francois Vigneault

Radio-Canada

L'industrie du crabe des neiges du golfe du Saint-Laurent encaisse un dur coup. L'organisme international Marine Stewardship Council prolonge d'un an la suspension de sa certification de pêche durable.

L’organisme a imposé une suspension en mars 2018 en raison du grand nombre de baleines noires de l’Atlantique Nord trouvées mortes dans le golfe du Saint-Laurent l'année précédente. Douze carcasses ont été repêchées dans ce secteur en 2017.

Par la suite le gouvernement canadien a imposé une réduction de la vitesse de navigation dans ce secteur. Les autorités ont fermé des zones de pêche entières lorsqu'une baleine y était aperçue.

Aucune baleine n’a été trouvée morte dans ces eaux en 2018.

Le Marine Stewardship Council reconnaît les efforts de conservation faits par tous les intervenants de l’industrie, mais il explique qu’il ne suffit pas d’une saison sans mortalité pour prouver que tout danger d’empêtrement de baleine dans de l’équipement de pêche est écarté.

Pour que la certification soit rétablie, ajoute l’organisme, il faut que l’industrie fournisse des preuves scientifiques que ses activités ne nuiront vraisemblablement pas au rétablissement de cette espèce protégée.

Surprise et déception chez les pêcheurs

Je suis étonné, déçu, surpris, affirme Joël Gionet, président de l’Association des crabiers acadiens.

Les pêcheurs comprennent mal la décision du Marine Stewardship Council après toutes les mesures de protection imposées par le fédéral et qu’ils ont respectées.

Avec tous les efforts que l’industrie a mis, tout le monde a mis la main à la roue pour essayer de trouver des mesures qui seraient acceptables pour les baleines et pour les pêcheurs, je pense qu’on a réussi. La saison 2018, on a eu quand même de bons résultats, estime M. Gionet.

Joël Gionet n’a pas remarqué de conséquences pour les pêcheurs depuis que la certification est suspendue, et il ne s’attend pas à en voir cette année non plus.

Je pense qu’il n’y aura peut-être pas d’impact tout de suite, mais c’est sûr dans le futur, si ça continue, qu’il faudra peut-être que les transformateurs regardent à une autre certification, dit-il.

L’avis de maintien de la suspension arrive plus tôt dans la saison cette année. Le président de Transformateurs de crabes Nouveau-Brunswick, Gilles Thériault, craint que la situation ne pousse des groupes à faire pression sur les acheteurs américains.

La première chose qu’on va faire, on va communiquer avec tous nos acheteurs de crabe, en particulier aux États-Unis, pour expliquer tous les efforts qu’on a faits, pour expliquer qu’on veut cohabiter avec les baleines, explique M. Thériault.

On va continuer nos efforts jusqu’à ce qu’il y ait zéro impact sur les baleines.

Gilles Thériault
Gilles Thériault, président de Transformateurs de crabes Nouveau-Brunswick. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Gilles Thériault, président de Transformateurs de crabes Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

M. Thériault compte faire valoir les initiatives des pêcheurs et les efforts déployés par les scientifiques et le ministère des Pêches et des Océans. Déçu, il aurait préféré que Marine Stewardship Council lève la suspension, quitte à faire une mise en garde.

La suspension de l’accréditation n’est pas liée à l’abondance de la ressource. La biomasse de crabe des neiges a connu une hausse de 22 % entre 2017 et 2018 dans le sud du golfe du Saint-Laurent.

Avec des renseignements de Michel Nogue

Nouveau-Brunswick

Protection des espèces