•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le fédéral pourrait financer temporairement les centres de prévention des surdoses

La ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, écoute les commentaires lors d'une conférence de presse sur le programme national d'assurance-médicaments à l'Institut du savoir Li Ka Shing, à Toronto le 6 mars 2019.

La ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, était de passage à Toronto, mercredi matin.

Photo : La Presse canadienne / Tijana Martin

Myriam Eddahia

La ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, s'engage à financer temporairement les six centres de prévention des surdoses qui n'ont pas reçu l'approbation de l'Ontario s'ils ne trouvent pas de financement d'ici la fin du mois. Mais elle mise d'abord sur les partenariats et les initiatives de chaque centre de prévention des surdoses.

Selon la ministre Petitpas Taylor, les centres ont suffisamment de fonds pour continuer leurs opérations d'ici la fin du mois.

Pour l'instant, le ministère fédéral de la Santé ne peut pas prévoir si les centres touchés réussiront à trouver du financement après avril.

Ils ont un peu d'argent, mais pas beaucoup. Je vais encourager la province à leur donner du financement pour au moins leur donner la chance d'amasser les fonds nécessaires, dit la ministre en entrevue téléphonique.

L'exemption fédérale qui permet aux centres de prévention des surdoses d'offrir leurs services en toute légalité est en vigueur jusqu'à la fin de la demande de chacun de ces centres. Toutefois, elle sera revue en fonction des fonds obtenus par les centres.

Si les équipes qui travaillent en réduction des méfaits ne réussissent pas à financer leurs activités par des campagnes de financement et des fonds de leurs municipalités, le ministère fédéral de la Santé s'engage à financer temporairement les centres de prévention des surdoses pour une courte période de transition.

Nous allons travailler en étroite collaboration avec eux pour nous assurer qu'ils disposent du temps nécessaire pour mettre sur pied un plan de financement.

Ginette Petitpas Taylor, ministre fédérale de la Santé

Ginette Petitpas Taylor estime qu'il est trop tôt pour connaître la somme ou la durée de ce possible financement fédéral.

Cette mesure s'appliquerait à tous les centres de préventions des surdoses qui ont écarté par la province.

Le gouvernement Ford n'a pas été responsable. Ils n'ont même pas donné le temps adéquat pour s'assurer que ces organisations puissent commencer à faire leurs collectes de fonds. Le maire John Tory et moi sommes très inquiets face à cette situation parce qu'on reconnaît que ces centres sauvent des vies.

Ginette Petitpas Taylor, ministre fédérale de la Santé

Elle ajoute que 11 Canadiens par jour meurent chaque jour à cause de la crise des opioïdes. On ne parle pas de statistiques, on parle de personnes.

En Ontario, six centres de prévention n'ont pas reçu le financement provincial du ministère de la Santé.

Un est situé à Ottawa, deux sont à London et trois à Toronto.

Les candidatures de deux centres à London et d'un centre à Toronto sont encore en révision par la ministre de la Santé de l'Ontario, Christine Elliott.

Le centre situé dans les locaux de la santé publique de Toronto [The Works] et deux centres de London qui n'avaient pas encore ouvert ont été mis en attente le temps de mener un nouvel examen.

Hayley Chazan, porte-parole du ministère de la Santé de l'Ontario

Elliott inébranlable

Pour l'instant, la ministre de la Santé de l'Ontario, Christine Elliott, maintient sa décision de couper le financement pour ces centres de prévention des surdoses, sauf dans le cas de celui qui se trouve dans les locaux de la Santé publique de Toronto. La médecin hygiéniste de Toronto, la Dre Eileen de Villa, a confirmé lundi que le centre de prévention des surdoses The Works, qui se trouve dans ses locaux continuera de recevoir du financement provincial jusqu'à ce que Christine Elliott prenne une décision.

La ministre Elliott a expliqué, mardi, que certains centres ne respectaient pas les « critères établis ».

Des intervenants en réduction des méfaits et militants ont interrompu la période de questions, mardi, pour s'opposer à la décision du gouvernement ontarien.

Des manifestants brandissent une banderole à l'intérieur de Queen's Park.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Quelques manifestants ont interrompu la période de questions à Queen's Park pour dénoncer la fermeture prochaine de site de prévention des surdoses.

Photo : Radio-Canada / Mathieu Simard

Les bureaux des ministères de la Santé de l'Ontario et du Canada demeurent en contact, mais les deux ministres ne se sont pas encore parlé de vive voix depuis l'annonce de la province, vendredi.

La ministre Ginette Petitpas Taylor dit qu'elle plaidera sa cause à la ministre Christine Elliott.

La ministre fédérale souhaite que la ministre provinciale reconsidère sa décision.

Elle espère avoir une communication directe avec la ministre Elliott d'ici demain.

Toronto

Politique provinciale