•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Justin Trudeau et l’insécurité en français

Justin Trudeau

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Photo : Radio-Canada / Geneviève Tardif

Marie-Pier Mercier
Laurence Martin

« Soyez safe et secure ». « C'est ce que nous avons engagé à faire d'arrêter ». Le premier ministre l'admet : il n'a pas toujours l'éloquence qu'il voudrait dans la langue de Molière. Et si son manque d'aisance reflétait une insécurité profonde par rapport au français, qu'on observe souvent dans les milieux minoritaires?

Justin Trudeau est « un francophone comme on en voit tous les jours à l’extérieur du Québec, et même parfois au Québec », explique François Paré, un spécialiste des communautés francophones minoritaires qui habite en Ontario.

« Quand [le premier ministre] s’exprime en français, souligne-t-il, c’est plus rigide, moins communicatif. Le rythme ne semble pas naturel. Il pense à sa conjugaison, au subjonctif. Il semble présenter un certain malaise. On a l’impression qu’il a hâte de passer à l’anglais le plus vite possible. »

Même Justin Trudeau le reconnaît dans une entrevue accordée à Radio-Canada : pour lui, le français est souvent plus difficile, plus exigeant que l’anglais.

L’anglais, c’est facile : tu pitches des mots ensemble et ça fait une phrase. [...] Le français, il faut savoir un petit peu où on s’en va dans notre phrase. [...] Donc, oui, ça exige une petite attention dans son parler.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Justin Trudeau et l'insécurité en français

Justin Trudeau admet qu'avoir passé une partie de sa jeunesse à Ottawa a encore des répercussions sur la façon dont il parle français.

« Quand je suis arrivé au [Collège] Brébeuf à Montréal en secondaire 1, j’ai eu beaucoup de misère au début. J’avais de mauvaises habitudes en français, je faisais des erreurs évidentes », avoue-t-il.

Selon François Paré, Justin Trudeau souffre de ce que plusieurs experts appellent de « l’insécurité linguistique » : il a peur de mal parler français, de faire des fautes. Justin Trudeau est « gêné parfois », ajoute M. Paré, parce qu’il a l’impression « qu’il n’est pas capable de s’exprimer d’une manière aussi éloquente en français qu’il ne le fait en anglais. »

Cette gêne, cette insécurité, bien des francophones en situation minoritaire la vivent quand ils s’expriment dans leur langue maternelle.

S’identifier au français de Justin Trudeau

André Prévost, un étudiant franco-albertain, croit que « Justin Trudeau représente les francophones en milieu minoritaire avec sa prestation du français ».

Quand je parle, je fais la même hésitation que M. Trudeau fait avec le humm et euh, mais c’est surtout parce que je cherche le bon mot.

André Prévost, étudiant franco-albertain
André Prévost, Franco-Albertain

André Prévost, Franco-Albertain, se reconnait dans le français parlé de Justin Trudeau.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Tardif

Même s’il se définit comme francophone, il trouve que c’est souvent « plus facile » de s’exprimer en anglais. C’est le cas aussi de Danica Michaud Chrapko, une étudiante qui a grandi à Saint-Paul, dans l’est de l’Alberta. Même si elle fréquente une université de langue française, elle est parfois gênée et intimidée de parler sa langue maternelle. Comme le premier ministre, elle n’échappe pas aux corrections langagières.

« J'ai un chum québécois et souvent ses parents vont essayer de me corriger, et ça, ça me rend un peu nerveuse. Ça me sépare un peu d'eux autres », raconte-t-elle.

Danica Michaud Chrapko, Franco-Albertaine.

Danica Michaud Chrapko se considère francophone, mais se dit plus à l'aise en anglais.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Tardif

Des jeunes comme Danica se sentent souvent regardés, épiés, lorsqu’ils parlent à des Québécois ou à des Français. Ils sentent que leur langue est scrutée, qu’on entend davantage leurs erreurs que celles d’un Montréalais par exemple.

Em Lamache, un autre Franco-Albertain qui s’identifie au français de Justin Trudeau, a l’impression, lui, qu’il n’a pas droit à l’erreur lorsqu’il s’exprime dans sa langue.

Je pense qu’il y a une pression encore plus forte sur les francophones en statut minoritaire de parler un français parfait. Parce que si on ne parle pas un français exceptionnel, on se fait dire qu'on est un anglophone ou qu'on est en train de se faire assimiler.

Em Lamache, leader communautaire à Edmonton, directeur des communications pour l’organisme Franco-Queer
Em Lamache, Franco-Albertain.

Em Lamache, Franco-Albertain, sent que son français est scruté à la loupe.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Tardif

Difficulté supplémentaire : le français est l’une des langues les plus normatives dans le monde, explique François Paré. « Les Français, en particulier, sont obsédés par la correction de la langue. Ils vont te corriger. Quand tu es francophone minoritaire et que tu n’es pas trop sûr, tu as l’impression que ce correcteur-là est toujours autour de toi », ajoute-t-il.

S'inspirer du Québec

Pour Justin Trudeau, l’une des solutions à l’insécurité linguistique passe par une plus grande tolérance. On devrait, explique-t-il, « laisser la chance aux gens de pratiquer leur français sans jugement ».

Selon François Paré, ce n’est pas suffisant. Justin Trudeau a un rôle important à jouer, car s’il illustre le malaise, il « fait aussi partie de la solution ». Et d’après l'expert, un des remèdes à l’insécurité linguistique, c’est une meilleure promotion du français à l’extérieur du Québec.

Il rappelle que les Québécois ont déjà eux aussi été complexés dans leur langue, mais par rapport à la France.

À partir des années 60, ils se sont sentis plus confiants dans leur langue et dans leur façon de parler, en raison notamment de la promotion du français par les gouvernements québécois successifs, l’Office de la langue française, les médias, etc...

« Tout le monde s’y est mis, explique-t-il, pour dire : cette langue-là, tu as le droit de la parler, n’hésite pas. »

Em Lamache commande une boisson dans un café francophone d'Edmonton. En premier plan, on peut voir un drapeau représentant la francophonie albertaine.

Em Lamache, un Franco-Albertain, croit que le français à l'extérieur du Québec n'est pas assez valorisé pour la simple et bonne raison qu'il n'est pas assez connu.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Tardif

Or, au Canada anglais, « cette promotion de l’image du français s’est arrêtée il y a 25 ou 30 ans », ajoute François Paré. « Le gouvernement fédéral a arrêté de faire de la publicité comme on en voyait le long des routes et à la télévision pour promouvoir un Canada fier de son bilinguisme. »

Donc, selon lui, les francophones en milieu minoritaire sont « souvent seuls dans leur langue ». Ils n’ont pas le discours du gouvernement fédéral qui dit : « On est dans un pays bilingue et c’est correct de faire ce que tu fais. »

Bien sûr, l’insécurité que ressentent de nombreux francophones en milieu minoritaire ne disparaîtra pas du jour au lendemain. Mais bien des Franco-Canadiens pourraient se sentir plus confiants dans leur langue s’ils étaient plus soutenus et mieux compris.

Francophonie

Politique