•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lock-out à l’ABI : l’employeur soumet une offre

Gens rassemblés en face de l'aluminerie, l'hiver, près de la pancarte ABI extérieure.

Les syndiqués ont appris le 11 janvier 2018 que la direction de l'ABI les mettait en lock-out. Ils venaient de rejeter la dernière offre patronale.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Après avoir rejeté la demande d'arbitrage de ses syndiqués, l'Aluminerie de Bécancour (ABI) a soumis une offre écrite, lundi matin, pour mettre fin au conflit de travail qui dure depuis près de 14 mois.

Dans un communiqué, l’employeur dit espérer que le Syndicat des métallos présentera l’offre à ses membres rapidement, pour qu'elle soit ratifiée avant le 18 mars.

La direction propose des augmentations salariales correspondant à une moyenne minimale de 2,55 % par année et une convention collective de 6 ans.

Selon l’ABI, l'offre propose des salaires « se situant parmi les meilleurs de l’industrie de l’aluminium au Québec » et ne prévoit aucune mise à pied.

Jean Boulet se montre optimiste

Sans vouloir s'exprimer sur le contenu de l'offre patronale, le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, l'accueille tout de même favorablement.

 Ça m'apparaît compatible avec l'intention que les parties m'ont toujours exprimée : d'abord qu'elles voulaient négocier et, deux, qu'elles voulaient trouver un terrain d'entente par elles-mêmes, résume le ministre Boulet. Donc c'est un dénouement qui m'apparaît bénéfique pour les deux partis et j'anticipe que les salariés syndiqués aient éventuellement l'opportunité de prononcer sur cette offre-là et que ça puisse régler le conflit de travail qui dure depuis 14 mois dans les meilleurs délais possible. 

Le ministre Boulet suspend donc jusqu'à nouvel ordre son engagement de soumettre une hypothèse de règlement avant ce mardi.

Les 1030 employés de l’ABI sont en lock-out depuis le 11 janvier 2018.

Mauricie et Centre du Québec

Relations de travail