•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des précautions qui s'imposent pour déneiger sa toiture

Trois hommes pellettent la neige sur la toiture d'un bâtiment commercial.

Le Groupe Mécanitec a procédé mardi au déneigement de la toiture de son édifice situé dans le parc des Hautes-Forges, à Trois-Rivières.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

S'il est important de déneiger les structures pour assurer la sécurité des bâtiments, il ne faut pas perdre de vue la sécurité sur les toits.

Du travail de déneigement sur les toitures, Jean-Luc Bellemare, propriétaire de Construction JL Bellemare, n'en manque pas par les temps qui courent.

Là, on est comme plus que débordés. On refuse [des demandes] tout le temps, souligne-t-il.

Même s'il a peu de temps pour s'arrêter, l'entrepreneur doit tout de même assurer sa sécurité et celle de ses employés sur les toits.

C'est de se préparer. C'est mettre les harnais pour chacun. Vérifier si la distance est bonne avant qu'il tombe. C'est toutes ces affaires-là qu'il faut préparer avant de commencer à travailler, explique l'entrepreneur.

Une protection non négociable aux yeux des autorités.


En fait, la CNESST a établi une tolérance zéro au niveau des travaux à plus de trois mètres, souligne Andréane Lafrenière, communicatrice régionale à la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Des règles qui, sur les toits où travaille Jean-Luc Bellemare, sont loin d'être contestées.

C'est sûr que j'expliquais à mes employés, j'ai dit : "Regardez, à toutes les fois que vous avez tombé, ben [le harnais] vous a sauvé", indique M. Bellemare.

Si certaines lois régissent le travail des entrepreneurs qui s'affairent sur les différents toits ces temps-ci, ce n'est pas nécessairement le cas pour les résidents qui s'occupent eux-mêmes de leur propre toiture. Cependant, certaines précautions sont tout de même à considérer.

C'est sûr qu'on a des échelles ancrées. Là, il y a à peu près cinq pieds de neige tout autour de la bâtisse, ça fait que là, si on tombe, on ne tombe pas sur quelque chose de dur , affirme Jacques Buisson, un résident de Shawinigan interrogé alors qu'il déneigeait lui-même sa toiture.

D'après un reportage de Jérôme Roy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !