•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des implants pour atténuer la dépendance aux opioïdes

Trousse de naloxone.
Le nouveau médicament à libération lente vient s'ajouter aux traitements déjà en place, dont la naloxone, afin de prévenir les surdoses mortelles d'opioïdes. Photo: CBC
Radio-Canada

Les personnes dépendantes aux opioïdes peuvent désormais profiter d'un traitement par implants libérant une faible dose de médicament pendant six mois, mais les provinces n'en remboursent pas encore les coûts.

Le nouvel implant, plus petit qu’une allumette, est inséré dans le bras du patient et libère de la bruprénorphine. La technologie a été approuvée par Santé Canada en avril 2018.

Selon la Dre Seonaid Nolan, une médecin spécialisée en traitement des dépendances à l’Hôpital Saint-Paul de Vancouver, ce nouveau traitement s’ajoute à la méthadone et à la naloxone pour vaincre la dépendance aux opioïdes.

« C’est essentiel d’avoir plusieurs traitements disponibles parce qu’il n’y a pas de médication unique pour venir à bout de la crise des opioïdes », explique-t-elle.

Elle ajoute que le principal avantage de l’implant est d’éliminer le besoin du patient de se souvenir qu’il doit prendre sa dose de bruprénorphine, ce qui est particulièrement difficile pour les gens souffrant des effets de la pauvreté, de la crise du logement ou ceux qui n’ont pas d’emploi.

Un autre avantage de ce traitement, c’est qu’il limite le risque de mauvais usage ou de revente de la médication, précise-t-elle.

Une question à 1500 $

Pour l’Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé, qui évalue les médicaments et les appareils approuvés par Santé Canada, le coût de ce nouveau traitement devrait être remboursé par les régimes provinciaux.

En Colombie-Britannique, le Conseil des médicaments, l’organisme provincial qui détermine quels médicaments sont payés par la province, étudie l’implant et ses effets afin de déterminer s’il sera couvert par le régime provincial.

Selon l’entreprise montréalaise Thérapeutique Knight, qui distribue ces implants au Canada, ceux-ci coûtent 1495 $ par personne, soit l’équivalent d’un traitement de six mois à la bruprénorphine.

Selon la présidente de l’entreprise, Samira Sakhia, une personne a déjà reçu le nouveau traitement dans les Maritimes.

Avec les informations de La Presse canadienne

Santé publique

Santé