•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La stérilisation est toujours la meilleure option pour contrôler les populations de chats

Quatre jeunes chatons tachetés se serrent sur une couverture.
L'Association des médecins vétérinaires du Québec en pratique des petits animaux estime qu'on retrouve au moins 100 000 chats non stérilisés au Québec. Photo: iStock / Daniela Jovanovska-Hristovska
Isabelle Damphousse

L'Association des médecins vétérinaires du Québec (AMVQ) a offert, du 24 février au 2 mars, la stérilisation gratuite à un millier de chats en refuge. Cette opération semble toujours boudée par bon nombre de propriétaires d'animaux, malgré de nombreuses campagnes de sensibilisation.

La stérilisation est encore le meilleur moyen pour contrôler les populations de chats errants, confirme les spécialistes.

La preuve qu’il existe tant de refuges, c'est que la stérilisation ne se fait pas, constate Andrée Boisselle, qui est responsable des soins aux animaux à la Société protectrice des animaux du Littoral à Saint-Anaclet de Lessard.

L’organisme a opéré gratuitement une quinzaine de chats dans le cadre de la sixième Semaine nationale de la stérilisation animale du Québec. Une initiative de l'AMVQ qui lui permet de réduire ses coûts en soins vétérinaires parce que chacun des chats accueillis au refuge est stérilisé, vacciné et vermifugé.

La stérilisation plus efficace que l’euthanasie

La stérilisation est plus efficace que l’euthanasie pour contrôler les populations de chats errants, selon David Caron, vétérinaire et copropriétaire de la Clinique vétérinaire de l'Estuaire.

La stérilisation est probablement l'acte le plus responsable que les propriétaires d'animaux peuvent poser.

David Caron, copropriétaire de la Clinique vétérinaire de l'Estuaire
Le chaton est sur un comptoir et reagarde directement la caméra.Un chaton se fait brosser afin d'être prêt pour l'adoption Photo : Radio-Canada

Ce qui a été souligné dans les Associations américaines de refuges ces dernières années, explique-t-il, c’est d’exercer un contrôle sur la population en stérilisant les femelles et en les remettant en liberté.

Ainsi, les femelles continuent d’occuper leur niche écologique sans se reproduire : ce qui réduit le taux de mortalité et les cas de maladies contagieuses auprès des populations de chats errants.

Parce que la nature n'aime pas le vide, si on enlève les chats de là, il a une communauté qui s'y installe dans les mois qui suivent.

David Caron, copropriétaire de la Clinique vétérinaire de l'Estuaire

La stérilisation réduit aussi les chances qu’un animal soit abandonné par son propriétaire.

Bas-Saint-Laurent

Animaux de compagnie