•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Wilson-Raybould avec des plumes et un tomahawk : un caricaturiste présente ses excuses

On voit dans cette caricature le premier ministre en tenue de boxe, alors que Mme Wilson-Raybould est vêtue de franges de cuir, de mocassins et de plumes et porte un tomahawk.

C’est la deuxième fois en deux semaines qu’un caricaturiste politique présente ses excuses pour un commentaire sur l'ancienne ministre de la Justice en lien avec le scandale SNC-Lavalin.

Photo :  Journal de Montréal. / Ygreck

Radio-Canada

Le caricaturiste québécois Ygreck s'est excusé après avoir présenté une vision jugée « raciste » et « stéréotypée » de l'ancienne procureure générale du Canada, Jody Wilson-Raybould.

Un texte de Jessica Deer, de CBC

Dans une caricature publiée vendredi, Yannick Lemay, qui signe ses dessins sous le nom d'Ygreck dans le Journal de Québec, a représenté Mme Wilson-Raybould et le premier ministre Justin Trudeau dans un ring.

On y voit le premier ministre en tenue de boxe, alors que Mme Wilson-Raybould est vêtue de franges de cuir, de mocassins et de plumes et porte un tomahawk. La caricature a également été publiée par le Journal de Montréal.

« Je suis vraiment désolé », a dit M. Lemay après avoir reçu de nombreux commentaires sur Twitter en réaction à son dessin.

Le but de la caricature n'est pas d'offenser quelqu'un. Si j'ai offensé quelqu'un avec ce dessin, je suis désolé. Je vous présente mes excuses.

Yannick Lemay, caricaturiste politique

Ce dessin faisait suite au témoignage percutant de Jody Wilson-Raybould, mercredi dernier, devant le comité de la justice de la Chambre des communes au sujet de la firme québécoise SNC-Lavalin.

Mme Wilson-Raybould a dénoncé une campagne bien orchestrée par des membres supérieurs du cabinet du premier ministre pour faire pression sur elle afin qu'elle parvienne à une entente avec SNC-Lavalin, permettant ainsi à la firme d'ingénierie d'éviter des poursuites criminelles.

« Quand je me lève le matin, mon but n'est pas d'insulter quelqu'un », a dit M. Lemay.

« J'ai beaucoup appris aujourd'hui. La prochaine fois que je devrai dessiner une personne indigène, je devrai me demander quelles sont les façons appropriées d'imaginer une personne d'origine autochtone maintenant. J'admets que je ne les ai pas trouvées pour l'instant, mais ça viendra. »

Ellen Gabriel, une militante et artiste mohawk de Kanesatake, au Québec, a qualifié le dessin de raciste, irresponsable et dégradant. Selon elle, une telle représentation d'une personne autochtone est digne d'une « parfaite ignorance ».

« Il y a tellement d'occasions aujourd'hui pour [les gens] de vraiment comprendre les réalités auxquelles nous sommes confrontés. Il y a des rapports. Il y a toutes sortes d'études [et] de gens qui parlent de l'impact de la colonisation sur nous », ajoute-t-elle.

Pour Mme Gabriel, le fait d'inclure l'identité de Wilson-Raybould en tant que femme autochtone dans ce dessin était raciste.

Une représentation stéréotypée et nuisible

Selon la caricaturiste Megan Whyte, les caricaturistes non autochtones qui utilisent les stéréotypes pour dépeindre les peuples autochtones empêchent ces derniers de se réapproprier leur identité.

« Dessiner un membre des Premières Nations de cette façon lui donne une dimension unique », estime-t-elle.

C'est plus difficile pour les gens de se reconnecter à eux-mêmes parce qu'ils ne ressemblent pas à ça. Cela crée beaucoup de défis et stimule le traumatisme identitaire auquel toutes les communautés sont confrontées.

Megan Whyte, caricaturiste éditoriale

Mme Whyte travaille pour le journal Eastern Door de Kahnawake, au Québec, depuis une décennie. Elle dessine des Mohawks « comme des gens » dans ses caricatures presque toutes les semaines où le journal est publié.

« Les images sont vraiment puissantes, et elles peuvent être très dangereuses », souligne-t-elle.

« J'essaie de faire en sorte que les peuples autochtones ne ressemblent pas à un stéréotype avec des plumes ou du cuir, mais qu'ils aient un rapport avec les valeurs ou la question politique que je représente, ajoute-t-elle. Quand ça devient dégradant pour une population, j'ai l'impression que c'est là qu'il faut tracer la limite. »

C’est la deuxième fois en deux semaines qu’un caricaturiste présente ses excuses pour un dessin de l'ancienne ministre de la Justice jugé inapproprié.

Politique fédérale

Politique