•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les demandes d'aide alimentaire en hausse en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine

Boîtes de conserve dans une banque alimentaire, une main se sert une boîte
Dépannage alimentaire Photo: Associated Press / Amy Sancetta
Joane Bérubé

Le nombre de personnes qui ont recours à de l'aide alimentaire est en augmentation en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine. En 2017-2018, les dix organismes membres de la Table de concertation en sécurité alimentaire de la région ont offert un tel soutien à 5699 personnes soit environ 450 personnes de plus que l'année précédente.

Cette hausse est surtout le fait des personnes seules, selon Charlotte Pouliot, secrétaire de la Table de concertation en sécurité alimentaire de la Gaspésie.

On rejoint 72 % de personnes seules et de couples sans enfant , souligne Mme Pouliot.

Les personnes seules n’ont parfois qu’un seul versement par mois, soit la sécurité du revenu ou leur pension de vieillesse, souligne-t-elle. Près de la moitié de la clientèle des organismes de la région bénéficie d'ailleurs de la sécurité du revenu.

Plusieurs usagers ont plus de 50 ans. Charlotte Pouliot ajoute que pour les personnes seules, financièrement démunies, la participation à un groupe de cuisine collective représente parfois leur seule sortie du mois.

Le nombre de jardins communautaires et de groupes en cuisine collective est aussi en hausse. Leur nombre est passé de 154, il y a deux ans, à 253 l’an dernier.

Des mois difficiles

Même si les données de 2018-2019 ne sont pas encore disponibles, la tendance à la hausse serait la même cette année. Il a toutefois un phénomène nouveau: le nombre d’étudiants qui ont recours à l’aide alimentaire aurait doublé.

Durant l’année, des périodes sont plus critiques que d’autres. En Gaspésie, le mois de novembre serait une période particulièrement difficile pour les plus démunis.

Des aliments dans une boîte en carton. Des aliments périssables et non périssables sont distribués Photo : Radio-Canada

Quelque 147 personnes ont eu besoin d’aide alimentaire en novembre dernier, d’après les données de l’organisme Partagence de Sainte-Anne-des-Monts.

En comparaison, 116 personnes ont été dépannées en février dernier. La responsable du comptoir alimentaire de Partageance, Susie Sasseville, confirme elle aussi une hausse de la clientèle estimée à 10 à 20 nouvelles personnes de plus par mois.

Plusieurs d'entre elles sont des gens malades, note Mme Sasseville. Ces gens ont souvent dû dépenser une partie de leurs revenus pour obtenir des soins hors de la région, ils en ont donc moins à consacrer à l’alimentation, explique-t-elle.

Intervenant en alimentation à l’Accueil Blanche-Goulet de Gaspé, Yannick Paradis note aussi une hausse de mois en mois du nombre de dépannages. L’organisme, qui peut effectuer de 30 à 40 dépannages par mois, n’offre son service qu’une fois par mois par personne. Ces temps-ci, environ une dizaine de personnes supplémentaires s’ajoute mensuellement.

muffinsMuffins cuisinés dans le cadre d'un atelier de cuisine collective Photo : Radio-Canada / François Gagnon

L’autre période cruciale arrive au printemps avec la fin des prestations d’assurance-emploi des travailleurs saisonniers et les factures d’électricité des mois d’hiver.

Mais comme on peut s’en rendre compte, c’est difficile tout le temps

Charlotte Pouliot, secrétaire de la Table de concertation en sécurité alimentaire de la Gaspésie

Récupération et dons

La récupération alimentaire n’est pas la même dans tous les territoires gaspésiens. Un projet est en branle en Haute-Gaspésie et dans la Côte-de-Gaspé, qui devrait se mettre en place au cours des prochains mois.

La Table de concertation en sécurité alimentaire de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine regroupe une dizaine d’organismes en sécurité alimentaire, comme des cuisines collectives ou des banques alimentaires ou des comptoirs de dépannage.

Plusieurs services de dépannage alimentaire, comme celui de l’Accueil Blanche-Goulet, à Gaspé, parviennent à offrir le service grâce aux seuls dons et à la récupération alimentaire.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Pauvreté