•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le budget préliminaire de Winnipeg semble satisfaire, faute de mieux

Radio-Canada

À la sortie de l'annonce du budget préliminaire de la Ville de Winnipeg, plusieurs conseillers estiment que les choix faits sont globalement bons, compte tenu de la relation chaotique avec la province sur les financements publics.

Le conseiller de Saint-Boniface, Mathieu Allard, se dit « content de ce qu’on a, vu nos contraintes cette année ».

Le conseiller, qui a également participé à l’élaboration du budget, estime que le maire Brian Bowman a fait les bons choix tout en respectant ses engagements de campagne.

« Je tiens à reconnaître que les 2,33 % d’augmentation des impôts fonciers sont toujours dédiés aux chemins et aux transports en commun rapides », explique-t-il.

Il se dit également satisfait de voir qu’il n’y a pas d’autres augmentations majeures pour les contribuables.

« Les tarifs pour les autobus sont gelés alors qu’il y a normalement une augmentation chaque année », souligne-t-il.

J’appuie la vision du maire.

Mathieu Allard, conseiller municipal pour le quartier de Saint-Boniface

Même son de cloche pour le conseiller de Saint-Vital, Brian Mayes, qui estime que les compressions dans les projets de voiries sont un mal « nécessaire pour cette année. »

Du côté de North Kildonan, le conseiller Jeff Browaty estime qu’il y a « du bon et du mauvais » dans les décisions qui ont été prises.

« Je suis déçu de voir qu’on n’a pas respecté notre priorité de nous occuper des routes », regrette-t-il, tout en soulignant que « l’augmentation pour les centres communautaires est certainement une bonne chose ».

Il regrette aussi que le gel des tarifs des transports, « aussi bien soit-il », ait été décidé dans un contexte de limitations des revenus de la Ville.

Le conseiller pour Charleswood - Tuxedo - Westwood , Kevin Klein considère justement qu’il est temps de régler les tractations entre la province et la Ville de Winnipeg.

Pour lui, les deux parties doivent s’asseoir et être prêtes à une vraie négociation en acceptant des compromis, plutôt que de mener des opérations de relations publiques.

Je pense que les 9 % d’augmentation [des impôts fonciers] n’étaient qu’un effet d’annonce [du maire] pour que les coupes ne paraissent pas si mauvaises que ça.

Kevin Klein, conseiller municipal pour le quartier de Charleswood - Tuxedo - Westwood

Colère dans l'industrie de la construction

Si la plupart des syndicats professionnels se sont globalement entendus pour dire que les décisions prises étaient justifiées, le président de l’Association manitobaine de construction routière, Chris Lorenc, ne mâche pas ses mots.

« Si le but de la Ville est de décimer une industrie entière alors, ils font les bons choix », lance-t-il.

Le président de l’Association manitobaine de construction routière, Chris Lorenc.

Le président de l’Association manitobaine de construction routière, Chris Lorenc, déplore la décision de faire des coupes dans le budget des travaux des routes.

Photo : Radio-Canada

Il regrette que « l'incapacité de partager les informations et de respecter les responsabilités entre la province et la ville empêche [Winnipeg] de gérer ses infrastructures ».

Il affirme que cela finit par affecter les contribuables, qui ne peuvent pas prévoir le tarif de leurs impôts.

Avec des informations de Rémi Authier, Camille Gris-Roy et Sean Kavanagh

Manitoba

Politique municipale