•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire Huawei : Meng Wanzhou retournera en cour le 8 mai

Meng Wanzhou sourit. Elle porte une casquette sombre.

La directrice financière du géant des télécommunications chinois Huawei, Meng Wanzhou sort de son domicile à Vancouver pour se rendre à la cour Suprême de la Colombie-Britannique le 6 mars. Elle est entourée de gardes du corps.

Photo : La Presse canadienne / Darryl Dyck

Radio-Canada

Devant une salle bondée, le tribunal de la Cour suprême de la Colombie-Britannique a déterminé que les audiences pour amorcer les procédures d'extradition de Meng Wanzhou, la directrice financière du géant chinois des télécommunications Huawei, débuteront le 8 mai.

L'un des avocats de Meng Wanzhou, Richard Peck, a déclaré devant la cour qu'il s'agit d'un cas judiciaire « extraordinaire » pour lequel il y a « des inquiétudes, compte tenu de sa dimension politique ».

Richard Peck a aussi déclaré au tribunal que le dossier comporte des questions concernant le droit à la vie privée issu de la Charte canadienne des droits et libertés. Des procédures ont été entamées pour déposer une plainte auprès du commissaire fédéral à la protection de la vie privée.

Il existe de graves préoccupations de nature juridique et factuelle, préoccupations qui ne sont pas courantes dans la jurisprudence en matière d'extradition.

Richard Peck, avocat de Meng Wanzhou

Me Peck a également fait état de préoccupations concernant des commentaires formulés par le président des États-Unis, Donald Trump, sur cette affaire.

Ottawa a autorisé, la semaine dernière, le début des procédures d’extradition de la directrice financière.

La femme d’affaires de 47 ans fait l’objet d’une demande d’extradition de la part des États-Unis qui l’accusent d’avoir tenté de contourner des sanctions économiques contre l’Iran. Elle a été arrêtée en décembre 2018, lors d’une escale à l’aéroport international de Vancouver, à la demande des États-Unis. Elle a ensuite été remise en liberté sous caution et s’est engagée à rester en Colombie-Britannique et à se soumettre à d’autres conditions.

Meng Wanzhou et l'entreprise Huawei démentent les accusations portées contre elles. Les avocats de la femme d'affaires ont aussi déposé un avis de poursuite civile, alléguant des « violations graves » de ses droits constitutionnels et accusant des agents de l'avoir détenue et questionnée pendant trois heures avant de l'avertir de son arrestation.

Qui est Meng Wanzhou?

La femme de 47 ans est la fille de Ren Zhengfei, qui a fondé Huawei technologies en 1987. Selon des avocats américains, le père de Meng Wanzhou figure au 83e rang des personnes les plus riches du monde. La valeur nette de sa fortune serait évaluée à 3,2 milliards de dollars américains.

Mme Meng a fait des études universitaires et a occupé différents postes au sein de Huawei depuis 1993.

Elle a quatre enfants âgés de 10 à 20 ans, ses trois premiers fils étant issus de mariages précédents. Elle a une fille avec son mari actuel, Liu Xiaozong.

Qu’est-ce qui est reproché à Meng Wanzhou?

Meng Wanzhou, Huawei et des compagnies qui leur sont associées font face à 13 chefs d’accusations criminelles de la part des États-Unis. Elles sont soupçonnées d’avoir tenté de contourner les sanctions économiques américaines contre l'Iran.

Plus précisément, elles sont accusées de fraude bancaire, de fraude électronique, de blanchiment d'argent, d'obstruction à la justice et de complots en vue de commettre des fraudes. Les autorités américaines soutiennent que Huawei et certaines de ses filiales ont menti quant à leur lien avec l’entreprise Skycom, qui exerce des activités en Iran.

Quels sont ses liens avec le Canada?

Meng Wanzhou et son mari possèdent deux maisons à Vancouver, dont la valeur totale est évaluée à 22 millions de dollars. Elle a aussi, par le passé, eu le statut de résidente permanente. Ses enfants ont déjà vécu à Vancouver durant l’année scolaire et la famille réside dans la ville plusieurs semaines par année durant l’été.

Avec des informations de Jason Proctor, CBC

Politique américaine

International