•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fonctionnaires fédéraux ne retourneront pas à l’édifice Louis-Saint-Laurent

Un trou béant sur le toit de l'édifice.

L'avancement des travaux à l'édifice Louis-Saint-Laurent le 10 février 2017 (archives) .

Photo : Radio-Canada / Nathalie Tremblay

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Radio-Canada a appris que les 1800 fonctionnaires de la Défense nationale qui travaillaient dans l'édifice Louis-Saint-Laurent, à Gatineau, ne pourront plus y remettre les pieds.

Après une bataille juridique, le gouvernement fédéral ne tentera finalement pas de récupérer l'immeuble, dans lequel il a pourtant investi plus de 30 millions de dollars après qu'il eut été ravagé par un incendie il y a près de trois ans.

Le matin du 21 avril 2016, un incendie s'est déclaré au sixième et dernier étage de l'édifice situé au 555, boulevard de la Carrière. Le bâtiment a subi d'importants dommages. Des blocs de béton menaçaient de s'effondrer et une partie de la devanture du toit de l'édifice s'était affaissée.

Au moment du sinistre, le ministère de la Défense nationale était locataire de l'édifice. Même si son contrat de location est venu à échéance après l'incendie, c'est le gouvernement fédéral qui devait gérer le processus de remise en état de l'immeuble. Cette responsabilité lui revenait en vertu des dispositions du bail.

Le propriétaire de la bâtisse, Gestion 555 Carrière inc., et le gouvernement fédéral sont en litige depuis des années relativement à ce bail. En décembre 2018, la Cour d’appel du Québec a confirmé que le propriétaire de l’édifice n’est pas lié par l’option d’achat contenue au bail intervenu entre Ottawa et le propriétaire précédent.

Le gouvernement fédéral croyait pouvoir se porter acquéreur de l’édifice pour la somme de 15 millions de dollars, alors que la Ville de Gatineau l’évalue à plus de 68 millions de dollars.

Or, le 18 février dernier, le gouvernement a confirmé devant une juge de la Cour supérieure du Québec qu’il ne tentera pas de devenir propriétaire du bâtiment et qu’il ne louera pas l’édifice de six étages.

La Couronne cessera [...] les travaux en cours en vue de la réparation et de la reconstruction de l’immeuble.

Extrait du procès-verbal de la Cour supérieure du Québec, 21 février 2019

Joint par téléphone, le vice-président aux finances de Gestion 555 Carrière inc., Paul Brennan, a confirmé que le gouvernement ne sera plus locataire de l’édifice.

Les travailleurs en construction ont eu l'ordre de quitter le chantier et de retirer tout l'équipement de construction d'ici le 24 mars prochain ou plus tôt, a de son côté indiqué la porte-parole de Services publics et de l'Approvisionnement du Canada (SPAC), Michèle LaRose, dans un courriel à Radio-Canada.

Gestion 555 Carrière inc. et le gouvernement fédéral anticipent par ailleurs que la transition de la gestion de l’immeuble se terminera dans un délai de 30 jours, soit d’ici le 21 mars. Ottawa doit toutefois s’assurer que l’édifice est sécuritaire.

SPAC prend très au sérieux la santé et la sécurité des occupants de l’immeuble et des visiteurs. SPAC veille à ce que la sécurité soit maintenue jusqu'à la fin de la transition, a indiqué Mme LaRose.

Des millions de dollars perdus?

Selon nos informations, l'entreprise responsable des travaux de construction, le groupe Pomerleau, a eu la directive du gouvernement fédéral de cesser ses travaux dès cette semaine et devra bientôt quitter la propriété.

L'entreprise Pomerleau a refusé de commenter ce dossier, disant plutôt que c'était au ministère des Services publics et de l'Approvisionnement du Canada de réagir.

En septembre dernier, plus de deux ans après l'incendie qui a fortement endommagé l'édifice, les travaux de décontamination et de réparation ont commencé et, déjà, le gouvernement disait avoir dépensé environ 30 millions de dollars.

Or, maintenant que le gouvernement fédéral ne gère plus les travaux, le propriétaire du 555, boulevard de la Carrière en est désormais responsable.

D’ailleurs, des représentants de Gestion 555 Carrière inc., de SPAC et de Pomerleau se seraient rencontrés jeudi pour faire le point sur l’état des travaux. Une source près du dossier a confié à Radio-Canada que le propriétaire et Pomerleau devraient se rencontrer la semaine prochaine pour discuter d’un éventuel partenariat.

Les dommages sont impressionnants depuis la façade de l’édifice. Une partie de la toiture s'est affaissée et des fenêtres sont brisées.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'édifice Louis-Saint-Laurent est situé au 555, boulevard de la Carrière, à Gatineau (archives).

Photo : Radio-Canada / Jean-Sébastien Marier

Où iront les fonctionnaires?

En septembre dernier, le secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l'Approvisionnement, Steven MacKinnon, n'excluait pas que les quelque 1800 fonctionnaires qui travaillaient dans l'édifice soient affectés ailleurs de façon permanente.

Le député de Gatineau voulait toutefois s'assurer que ces travailleurs puissent continuer à travailler en Outaouais. De fait, le quart des employés de la Défense nationale dans la région de la capitale nationale doivent travailler dans des bureaux situés à Gatineau.

Or, selon une source syndicale aux faits des discussions, le ministère de la Défense nationale ignore où les employés seront déménagés. Aucun échéancier n’aurait été établi, selon notre source.

L’Alliance de la fonction publique du Canada, qui représente la majorité des employés du 555, boulevard de la Carrière, a refusé de nous accorder une entrevue. Le député fédéral de Hull, Greg Fergus, n'a pas commenté non plus.

Selon le rôle d'évaluation foncière de la Ville de Gatineau, l'édifice d'une superficie de plus de 50 000 m2 construit en 1985 vaut plus de 68 millions de dollars. Les propriétaires de la bâtisse n'ont pas précisé quelles étaient leurs intentions pour la propriété.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !