•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'économie canadienne au ralenti

Un travailleur polit une pièce d'acier dans une aciérie de Colombie-Britannique.
Le Canada a affiché sa plus faible progression trimestrielle depuis le milieu de 2016. Photo: La Presse canadienne / Darryl Dyck
Radio-Canada

La croissance économique canadienne a ralenti au quatrième trimestre. Le pays a affiché sa plus faible progression trimestrielle depuis le milieu de 2016, a indiqué vendredi Statistique Canada.

La hausse de 0,4 % enregistrée était inférieure à la croissance de 2 % au trimestre précédent.

Pour l'ensemble de l'année dernière, l'économie a affiché une croissance de 1,8 %, comparativement à 3 % en 2017.

Selon Statistique Canada, le ralentissement de la fin de 2018 est principalement dû à la contraction des dépenses d'investissement.

Dans l'ensemble, les exportations ont légèrement diminué et les dépenses des ménages ont ralenti pour un deuxième trimestre consécutif. Les baisses, selon le rapport, ont été largement contrebalancées par une accumulation plus importante des stocks.

L'agence a indiqué que la baisse des prix à l'exportation avait entraîné une baisse de 1 % du revenu national brut, qui représente le pouvoir d'achat réel des revenus gagnés. Il s'agit de la plus forte baisse depuis le premier trimestre de 2015.

Je pense que nous assistons à la confirmation d'une tendance en ce qui a trait à une décélération économique, mais nous voyons qu'elle se manifeste beaucoup plus rapidement.

Brian DePratto, économiste principal à la Banque TD

M. DePratto et d'autres analystes ont prédit vendredi que des chiffres plus modestes allaient venir dans les prochains mois, car les réductions de la production de pétrole en Alberta, au début de l'année, ne se feront sentir que lors de la prochaine publication trimestrielle des données.

« Tout cela suggère [...] que nous pourrions disposer d'un autre trimestre de surplace, avec une très très faible croissance », a-t-il affirmé.

Des données sur le cannabis

Pour la première fois, les répercussions de la légalisation du cannabis ont été reflétées dans le rapport sur le PIB réel de Statistique Canada.

Les dépenses des ménages en marijuana, sur une base annuelle, ont totalisé 5,9 milliards de dollars au quatrième trimestre, le cannabis illégal représentant 4,7 milliards du total, contre 1,2 milliard pour la marijuana obtenue de source légale.

« Le cannabis a représenté 0,5 % des dépenses totales des ménages, et celles liées à l'achat de produits à des fins non médicales ont représenté 11,2 % des dépenses en alcool, en tabac et en cannabis au quatrième trimestre », a précisé Statistique Canada dans son rapport.

Récession et élections

« Le mot en R [pour récession, NDLR] sera dans tous les esprits », a noté Avery Shenfeld, économiste de la banque CIBC, après la publication des chiffres.

Pour lui, la diminution de la croissance observée en décembre va vraisemblablement forcer la Banque du Canada à renoncer à toute hausse des taux d'intérêt à court terme.

Sans « l'augmentation importante de l'emploi en janvier (+67 000), nous craindrions une récession tout court, mais pour le moment mieux vaut parler d'un moteur en panne », a-t-il dit.

Dans tous les cas, c'est une mauvaise nouvelle pour le gouvernement libéral de Justin Trudeau à quelques mois des élections fédérales prévues en octobre prochain.

Avec les informations de Agence France-Presse, et La Presse canadienne

Indicateurs économiques

Économie