•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un millier d’Iraniens s’activent sur Twitter pour dénoncer la réforme de l’immigration au Québec

Une photo

Un groupe de discussion pour dénoncer le projet de loi sur l'immigration a été lancé en Iran sur l'application Telegram.

Photo : Gracieuseté

Une résistance contre le projet de loi sur l'immigration du gouvernement Legault s'organise en Iran avec la multiplication, sur Twitter, de messages parfois identiques. Si certains y ont vu un réseau de faux comptes automatisés, un organisateur de ce mouvement, contacté par Radio-Canada, assure qu'il s'agit plutôt d'une campagne de sensibilisation à laquelle prennent part de vrais demandeurs iraniens.

Depuis plusieurs semaines, des centaines de messages dénoncent, chaque jour, la volonté du ministre de l’Immigration du Québec, Simon Jolin-Barrette, d’annuler plus de 18 000 dossiers en attente. Cette décision a été annoncée dans le cadre du projet de loi 9, présenté le 7 février.

Hommes politiques et journalistes sont notamment visés par ces tweets et par le mot-clic #Quebec_immigration_injustice, omniprésent dans ces messages recopiés, régulièrement, à l’identique, par des centaines de personnes différentes.

Une rapide consultation de ces publications a permis à Radio-Canada d’observer que de nombreux comptes, localisés en Iran, ont été créés en février.

Un piratage informatique, avec la création de faux comptes, a été évoqué par le Journal de Montréal, vendredi, poussant le premier ministre François Legault à réagir.

Nous sommes hautement préoccupés par toute tentative d’influence étrangère sur les affaires internes du Québec. Nous allons continuer de suivre la situation de près, mais nous ne ferons pas d’autres commentaires.

Cabinet de François Legault, premier ministre du Québec

Un groupe de discussion lancé en Iran

Des robots étrangers tentent-ils de s’ingérer dans les décisions du gouvernement? S’il est difficile de prouver qu’aucun faux compte n’a été créé, le contraire est également vrai.

Selon des vérifications menées par Radio-Canada, avec l’aide d’outils informatiques, différents comptes analysés seraient bien dirigés par de vraies personnes.

Derrière cette mobilisation, en Iran, se trouve Farhang Ataei, un ingénieur de 39 ans, qui dispose de son propre compte Twitter, mais aussi d'un autre intitulé @18000Dossiers, avec lequel il partage des milliers de complaintes depuis début février.

Cet Iranien tente d’immigrer au Québec avec sa femme et sa fille. Il a envoyé, en 2014, une demande de Certificat de sélection du Québec (CSQ). Ces dernières semaines, après le dépôt du projet de loi, il a lancé, avec d’autres compatriotes, un groupe de discussion sur l’application Telegram. L’objectif? « Faire réagir les gens politiques », raconte-t-il, en français, par téléphone.

Un exemple de message partagé dans ce groupe de discussion.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un exemple de message partagé dans ce groupe de discussion.

Photo : Gracieuseté

Installé à Téhéran, ce père de famille a expliqué sa démarche, en montrant, photos à l’appui, l’existence de ce groupe qui comporte plus de 910 membres. Tous sont des demandeurs en attente d’une décision de la part de Québec, confie-t-il, après avoir déjà écrit quelques jours plus tôt à Radio-Canada.

Nous ne sommes pas des robots. Entendre qu’on est des robots, ça nous a rendus très tristes. Nous sommes complètement de vraies personnes.

Farhang Ataei, un candidat iranien à l’immigration

Dans ce groupe, explique-t-il, une dizaine d’administrateurs envoient sans arrêt des articles évoquant ce projet de loi, les réactions du ministre Jolin-Barrette ou celles des oppositions. Il a ainsi été recommandé aux membres de créer un compte sur ce réseau social afin de faire relayer ces messages collectifs.

« On dit aux gens quoi écrire sur Twitter. Nous sommes très actifs », assure Farhang Ataei, qui dit avoir appris le français « par [lui]-même », en achetant un livre, pour tenter d’immigrer dans la province.

« Les valeurs du Québec me plaisent », tient-il à ajouter, en précisant vouloir « une vie meilleure » au Québec.

Depuis le début de la journée, les membres de ce groupe n’hésitent pas à publier une photo, avec une partie de leur numéro de dossiers, afin de tenter de prouver qu’aucun robot ne dirige leur compte Twitter.

Les mots-clics et phrases populaires

Parmi les messages les plus relayés, on retrouve notamment les mots-clics #Quebec_immigration_injustice, #PRTQ_extérieur_intérieur_mêmes_droits et, depuis vendredi, #Un_humain_pas_un_robot.

Plusieurs phrases sont également reprises à l’identique, comme « Tous les travailleurs qualifiés ont le même droit » et « Le #Bill9 c'est absolument injuste. Arrêtez de Détruire Nos Rêves. »

L’Iran, troisième pays de naissance des immigrants

Il n’est pas étonnant de voir autant de messages provenant d’Iran, de personnes intéressées à immigrer au Québec. Selon des chiffres du ministère de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion (MIDI), les ressortissants de ce pays forment le troisième contingent d’immigrants économiques.

Entre 2013 et 2017, plus de 14 700 Iraniens ont immigré au Québec. Seuls les immigrants venant de France et de Chine sont plus nombreux dans la province.

Ce ne serait par ailleurs pas la première fois qu’une mobilisation massive, sur les réseaux sociaux, donne l’apparence d’une campagne orchestrée par de faux comptes.

L’été passé, le Parti libéral du Canada a été accusé d’avoir recours à cette pratique pour promouvoir une décision politique. Après vérifications, Radio-Canada avait remarqué que le message original avait été écrit sur un site Internet, où l’on encourageait les membres à le partager.

Avec la collaboration de Jeff Yates

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !