•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gel d'embauche aux conseils scolaires : l'AEFO sur le « qui-vive »

Des chaises et des pupitres dans une classe.

Une classe dans une école (archives)­.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Association des enseignants et des enseignantes franco-ontariens (AEFO) dit être sur le « qui-vive » face au spectre du gel d'embauche dans le milieu scolaire en Ontario.

L'AEFO a reçu copie d'une lettre du ministère de l'Éducation recommandant aux conseils scolaires de la province de faire preuve de prudence en ce qui a trait aux décisions d'embauche, en prévision du dépôt du budget de l'Ontario et à la lumière de la récente consultation sur l'effectif des classes et les pratiques d'embauche.

Le président de l'AEFO, Rémi Sabourin, affirme que son association n'a pas l'intention de s'immiscer dans le processus d'embauche des conseils scolaires.

En revanche, il est certain que si on parle de ne pas pourvoir des postes suite à la retraite et suite à des congés et bien, là, ça va toucher directement les conditions d’apprentissage des élèves et à ce moment-là, on a définitivement un problème avec ça, surtout qu’on a une pénurie d’enseignantes et d’enseignants en Ontario, a-t-il réagi en entrevue à Radio-Canada.

Mais, si ce n’est que de reporter le processus annuel pour respecter le budget de l’Ontario, on reste sur le qui-vive pour voir ce qu’il en est, a-t-il poursuivi.

Selon les chiffres avancés par M. Sabourin, de 300 à 400 nouveaux enseignants entrent dans le système scolaire ontarien chaque année.

Après avoir pris le pouvoir l'été dernier, le premier ministre Doug Ford avait promis que le gel d'embauche dans les secteurs public et parapublic n'inclurait pas les enseignants.

Nous rappelons au gouvernement Ford qu'il a promis qu'il n'y aurait pas de coupures d'enseignantes et d'enseignants [...] on s'attend à ce qu'il respecte cet engagement-là

Rémi Sabourin

Le gouvernement a prévenu les Ontariens qu'ils devraient se serrer la ceinture dans le prochain budget provincial, en raison du déficit que les conservateurs estiment à 13,5 milliards de dollars. Pour le moment, la date du budget n'a pas été annoncée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !