•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’écoute en ligne représente maintenant 75 % des revenus de la musique aux États-Unis

une personne tient un téléphone dans sa main, on voit aussi un ordinateur et un casque d'écoute.

C'est maintenant en ligne que la majorité des gens écoutent de la musique

Photo : Getty Images / Nopparatz

Radio-Canada

L'achat de musique sur des supports physiques est maintenant l'affaire d'une minorité de personnes. En effet, l'écoute en ligne a représenté, en 2018, 75 % du chiffre d'affaires de l'industrie de la musique aux États-Unis.

Les revenus de l'écoute en ligne ont atteint 9,8 milliards de dollars, une hausse de 12 %, selon des données publiées par l'association de l'industrie du disque, la RIAA.

La proportion de l’écoute en ligne dans les revenus de l'industrie musicale n'était que de 65 % en 2017 et 52 % seulement en 2016. La croissance est donc fulgurante.

La RIAA inclut dans la catégorie de la musique en ligne les plateformes payantes et gratuites, y compris les sites vidéo comme YouTube, ainsi que les radios numériques.

Toujours selon l'association, le nombre d'abonnements payants a franchi, à la fin de 2018, le seuil des 50 millions, effectuant un saut de 42 % en un an.

En trois ans seulement, entre 2015 et 2018, le nombre d'abonnés payants à des services de musique en ligne a quintuplé.

Les abonnements payants représentent 63 % des revenus tirés de la musique en ligne et près de la moitié du chiffre d'affaires de l'industrie musicale aux États-Unis (47 %).

Le retour du disque vinyle, l'effondrement du CD

Toutes les autres sources de revenus de l'industrie du disque sont en baisse, à l'exception notable du vinyle, dont le chiffre d'affaires est en progression de 7,9 %, à 419 millions de dollars.

Le secteur du disque vinyle, en plein renouveau, n'avait plus généré de tels revenus depuis 1988.

Un vinyle sur un tourne-disque.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Chaque semaine, Jean-François Côté fait part de ses coups de cœur musicaux.

Photo : getty images/istockphoto / Ivan_Neru

Bien qu'en nette phase d'accélération depuis 2016, le chiffre d'affaires de l'industrie du disque aux États-Unis reste sensiblement inférieur aux niveaux connus entre 1994 et 2007.

En 1999, année record, les revenus se situaient à 14,6 milliards de dollars, dont 88 % pour les CD.

En 2018, il s'est vendu aux États-Unis 52 millions de CD, contre 939 millions en 1999.

« Ne vous y trompez pas, notre milieu continue de faire face à de nombreux défis, a commenté le président de la RIAA, Mitch Glazier, dans un communiqué. Mais il y a des raisons d'être résolument optimiste », a-t-il ajouté.

Une menace pour la musique québécoise?

Cette montée en puissance de l'écoute de la musique en ligne fait peur à l'industrie de la musique québécoise. L'automne dernier, l'actuel et les anciens présidents de l'ADISQ demandaient au public d'encourager plus que jamais la musique d'ici. Ils estimaient que cette croissance de la consommation musicale sur les plateformes d'écoute en ligne menace la musique québécoise.

Cependant, les artistes québécois n'ont plus le choix d'être en ligne. Ceux qui résistaient, comme 2Frères, viennent d'annoncer leur arrivée sur les plateformes d'écoute en ligne ce vendredi 1er mars. Le groupe explique que c'est à la demande de leurs admirateurs qu'ils ont fait le saut sur Spotify, Apple Music et Deezer.

Avec les informations de Agence France-Presse

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Musique

Arts