•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kent Nagano entame son dernier tour de piste avec l'OSM

Un chef d'orchestre regarde vers les musiciens, un bras en l'air, et l'autre tenant sa baguette.

Kent Nagano en pleine action

Photo : Getty Images / Felix Broede

Angie Landry

Amateurs de musique classique, c'est le temps où jamais d'en profiter : Kent Nagano, le chef et directeur musical de l'Orchestre symphonique de Montréal (OSM), fera ses adieux au son de la symphonie Résurrection, de Gustav Mahler, en juin 2020.

Comme vous pouvez l’imaginer, dire au revoir, c’est un moment très émotif pour moi, lance d’emblée maestro Nagano.

Ceci dit, il estime qu’il quittera l'OSM en laissant l’organisation dans « la meilleure symbiose et santé possible ».

L’OSM, la communauté et moi sommes vraiment arrivés, ensemble, à faire des choses extraordinaires et rares.

Kent Nagano

Selon lui, il y a une étincelle dans la culture québécoise et particulièrement à Montréal, et c'est ce qui lui a permis de garder une constante source d’inspiration.

Rendre la musique classique accessible

En poste depuis 2006, après avoir passé deux ans comme conseiller musical à l'OSM, Kent Nagano a insufflé une énergie nouvelle à l'orchestre. Il a notamment fait sortir les musiciens des grandes salles et a collaboré avec des artistes provenant de l'extérieur du circuit classique, comme Fred Pellerin, Marie-Mai et Les Cowboys Fringants.

Il a aussi contribué à la création de la Maison symphonique de Montréal, inaugurée en 2011, et à l'acquisition du grand orgue Pierre-Béique, dont le concert inaugural a eu lieu en 2014.

Kent Nagano a été nommé grand officier de l'Ordre national du Québec, la plus prestigieuse reconnaissance décernée par le gouvernement provincial, lors d'une cérémonie à l'Assemblée nationale, et a été fait commandeur de l’Ordre de Montréal. Il s'est aussi vu remettre l’Ordre du Soleil levant, la plus importante distinction au Japon décernée à un étranger.

Qui sera le prochain chef?

Questionné à savoir s’il aura un rôle à jouer dans la sélection du prochain chef de l’OSM, Nagano affirme qu’il ne fera pas partie du processus.

C’est un sujet particulier et c’est surtout à l’Orchestre, l’administration et la communauté de décider. Exactement comme quand je suis arrivé ici.

Kent Nagano

Il se dit toutefois confiant que l’OSM, qu’il dit « dans une position où sa réputation n’est plus à refaire », fera le bon choix pour son avenir, pour « un orchestre du 21e siècle.

Je ne peux pas m’imaginer que le nouveau chef ne sera pas heureux d’arriver ici, à Montréal, conclut-il.

D'après une entrevue de Marc-André Masson, à RDI matin

Musique

Arts