•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une cheffe de 14 ans prête main-forte à l'équipe du restaurant Cachottier

Une jeune fille épluche une patate dans un restaurant.

Mishka Caldwell-Pichette, 14 ans, participe à l'élaboration d'un repas au restaurant Cachottier de Rouyn-Noranda.

Photo : Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard

Émilie Parent Bouchard

Une employée bien spéciale est venue prêter main-forte à l'équipe du restaurant Le Cachottier hier soir à Rouyn-Noranda. Mishka Caldwell-Pichette, 14 ans, a remporté le concours des Brigades culinaires, ce qui lui a permis de vivre une soirée dans la peau d'un chef. La Tablée des chefs, à l'origine de cette initiative, espère ainsi attirer de la relève en cuisine, tout en développant l'art de la table auprès des jeunes.

Ok, maintenant, le fromage et le beurre!, lance tout sourire le chef propriétaire du Cachottier, Thomas Deslauriers. Il guide Mishka, qui cuisine son premier risotto aux fruits de mer, un mets que son aversion pour le poisson et les fruits de mer l'empêchent d'apprécier à sa juste valeur.

Ça ne me dérange pas, parce que moi je ne le mangerai pas!, lâche la jeune fille, ne quittant jamais des yeux la poêle dans laquelle les grains de riz absorbent tranquillement le fumet de poisson concocté plus tôt dans la journée. Chaque semaine, dans le cadre des Brigades culinaires, elle affine ainsi ses goûts et ses techniques.

Une jeune femme ajoute du parmesan dans un plat dans un restaurant.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mishka Caldwell-Pichette ajoute du parmesan pour compléter son plat.

Photo : Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard

Ouvrir ses horizons

Je trouve que c'est l'fun de cuisiner et on est en gang, assure-t-elle, faisant référence aux ateliers culinaires auxquels elle participe chaque semaine et d'où elle rapporte une portion d'un plat équilibré. [C'est] découvrir de nouvelles choses à cuisiner, et d'autres mets. Je les ai faites l'année passée aussi et j'apprends, mais je le fais plus pour m'amuser.

Une jeune fille coupe une patate sous le regard attentif d'un homme qui la regarde.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Mishka Caldwell-Pichette coupe une patate sous le regard attentif du chef propriétaire du Cachottier, Thomas Deslauriers.

Photo : Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard

L'adolescente qui fréquente l'école secondaire La Source ne pense pas vouloir faire de la cuisine son métier. Mais elle est d'avis que les Brigades culinaires contribuent certainement à stimuler l'intérêt des jeunes sur cet horizon parfois boudé.

J'aime beaucoup les sciences, peut-être le journalisme, avance-t-elle, disant tout de même considérer l'univers de la restauration pour un éventuel emploi étudiant. Pour le manque de main-d'oeuvre, les Brigades sont une façon de montrer aux gens que cuisiner n'est pas juste manger, mais aussi de faire la nourriture et de s'amuser.

Allumer la flamme tôt

Si j'avais eu quelque chose comme les brigades, je n'aurais peut-être pas eu le même parcours, mais si je peux influencer des jeunes comme moi, ce serait bien, enchaîne le chef Deslauriers, évoquant son parcours atypique.

C'est sûr que si on réussit à inspirer une personne sur trois ans, bien c'est une personne qui va être dans le métier éventuellement. J'ai de la misère à avoir des employés - là Mishka ne semble pas vouloir, mais on verra, il me reste encore du temps pour la convaincre!, blague-t-il, assurant qu'il s'agit pour lui d'une façon de s'impliquer dans la communauté et de partager sa passion avec les jeunes.

Les Brigades culinaires en Abitibi-Témiscamingue

-6 écoles secondaires réparties dans 4 MRC
-une vingtaine de jeunes impliqués dans chaque brigade
-plus d'une centaine de jeunes chefs en devenir à l'échelle de la région
-des centaines de petits plats à rapporter à la maison après les activités parascolaires
-des cahiers de recettes pour la vie
-un nombre incalculable de vêtements tachés...
-beaucoup de plaisir!

Voir Mishka en cuisine est aussi enrichissant pour sa mère Frédérique Cloutier-Pichette, venue profiter d'une soirée entre amis au restaurant, un plaisir qu'elle apprécie autant que celui de partager autour de l'assiette en famille.

C'est le moment où on peut discuter de notre journée, se rapprocher de nos enfants, de rire, de pleurer, de se chicaner aussi, mais de partager un bon repas ensemble, énumère-t-elle. Et elle indique que Mishka lui file parfois un coup de main en cuisine... surtout la fin de semaine!

Le plaisir de se rassembler autour de la table

Apprendre aux enfants à cuisiner de la bonne nourriture, à savoir être autonome sur le plan de la nourriture, c'est une compétence, une habileté qui sert toute la vie! Plus que les rudiments de la cuisine, c'est aussi de créer, d'innover. Et quand il y a des nouvelles découvertes de nouveaux aliments, de nouveaux fruits, de nouvelles sauces, ça ouvre l'horizon des enfants, plaide-t-elle, confirmant que sa fille ne mange toujours pas de poisson ou de fruits de mer, mais qu'elle est désormais plus encline qu'avant à goûter.

Un risotto aux fruits de mer dans une assietteAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le risotto aux fruits de mer de Mishka et ses parents.

Photo : Radio-Canada / Émilie Parent-Bouchard

Les Brigades culinaires de la Tablée des chefs sont actives dans six écoles de la région, pour une centaine de jeunes chefs potentiels en devenir, du Témiscamingue à la Vallée-de-l'Or, en passant par Amos et Rouyn-Noranda.

Liste des écoles:

  • du Carrefour - Latulipe
  • Marcel Raymond - Lorrainville
  • Rivière-des-Quinze - Notre-Dame du Nord
  • La Source - Rouyn-Noranda
  • d'Amos, Pavillon la Forêt - Amos
  • La Concorde -Senneterre

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Restaurants