•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alberta revoit à la hausse sa limite de production pétrolière

Deux chevalets de pompage devant les Rocheuses albertaines.
Le printemps s'annonce doux pour l'industrie pétrolière. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Comme chaque mois depuis l'imposition d'un rationnement de sa production pétrolière, l'Alberta révise sa limite de production. Jeudi, la première ministre Rachel Notley a annoncé qu'elle autorisait une production supplémentaire de 25 000 barils par jour pendant le mois d'avril.

Les mesures de restriction de la production ont pour but de restaurer le prix du pétrole albertain qui affichait cet automne un écart important avec le prix du pétrole américain.

L’allégement de cette limite est cette fois justifié par une tendance à la baisse dans les réserves de carburant et par un différentiel de prix jugé acceptable.

La province prévoit également un printemps plus doux qu’à l’habitude. Avec des températures plus élevées, une quantité moins importante de diluants sera nécessaire pour transporter les hydrocarbures, ce qui facilite naturellement leurs exportations.

C’est la deuxième fois que le ministère de l’Énergie permet une augmentation de la production depuis qu’il a contraint l’industrie à une réduction de 325 000 barils par jour. Le 30 janvier, Rachel Notley avait autorisé une augmentation de 75 000 barils par jour.

« La décision d’imposer temporairement une limite de production est mise en œuvre de façon juste et équitable, soutient la première ministre. Notre plan est d’empêcher que nos ressources ne soient vendues pour une fraction de leur prix. »

Elle concède néanmoins que la mesure n’est ni idéale ni durable, rappelant l’importance qu’elle accorde à la construction de nouveaux pipelines.

Industrie pétrolière

Économie