•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un balado en toute liberté pour Fred Savard

Portrait.

Fred Savard

Photo : Zone 3

Radio-Canada

La balado de Fred Savard, dont le premier épisode doit être mis en ligne le vendredi 1er mars, parle d'actualité et est financé par des dons du public.

Celui qui a longtemps fait partie de La soirée est (encore) jeune décrit avec ironie sa nouvelle réalisation comme une version adulte de son ancienne émission.

En fait, puisqu’il se décrit comme un gars de radio, il ne se voyait pas arrêter d'en faire. « Je m’ennuyais d’en faire, et je trouvais que j’avais fait le tour de la chronique. L'idée d'un balado est apparue et j’ai rencontré les gens de Transistor Média qui étaient enthousiastes », explique-t-il en entrevue avec Catherine Perrin.

Il ajoute qu’il n’y a plus beaucoup de revues de l’actualité satiriques dans le paysage médiatique. « Ça ne sera pas la tyrannie du rire, on va parler de l’actualité de manière intelligente. »

Des chroniqueurs se sont greffés à Fred Savard, dont la critique de cinéma Helen Faradji. Elle doit y livrer une revue de l’actualité culturelle, jour par jour, pour la semaine qui vient de se terminer. « Pour chaque journée, je donnerai une ou deux informations », explique-t-elle.

Qu’a retenu la spécialiste du 7e art de la soirée des Oscars? Le gazouillis de Donald Trump accusant le réalisateur Spike Lee de racisme, après que ce dernier eut appelé les Américains à se mobiliser contre lui pour les élections de 2020.

La chroniqueuse avouait être fébrile quelques heures avant l’enregistrement qui se déroulait jeudi à 16 h à Ma Brasserie, dans le quartier montréalais de Rosemont. « Je vais travailler avec quelqu’un que j’admire beaucoup. »

« L’accent est beaucoup mis sur le plaisir de faire des choses ensemble et de faire une émission la plus décomplexée, généreuse et libre possible », ajoute Helen Faradji.

La durée du balado n’est pas coulée dans le béton et l’animateur se sent totalement libre. « Si on a du jus pour une heure et huit minutes, on les fera. On ne va pas couper les gens. Et parfois, ça sera 55 minutes », explique l’animateur.

Une fois par mois, la balado sera enregistrée à l’extérieur de Montréal : la Beauce en mars, Gatineau en avril et Val-d’Or en mai.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !