•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Néandertal était un homme droit

Deux hommes de Néandertal regardent une lance.

Des hommes de Néandertal

Photo : Université de l'Utah

Alain Labelle

Contrairement aux idées reçues qui les dépeignent souvent dans une posture penchée, les Néandertaliens marchaient en position debout comme les humains actuels, montrent les récentes analyses d'anthropologues suisses.

Des travaux qui mettent encore une fois à mal le fameux portrait peu flatteur apparu dans les années 1950 de cet humain préhistorique souvent présenté comme une créature mi-homme mi-bête qui ne sortait que rarement des cavernes.

Le saviez-vous?

  • Les Homo neanderthalensis ont disparu de la surface terrestre il y a 30 000 à 40 000 ans. Ils ont toutefois vécu en même temps que nos ancêtres Homo sapiens pendant plusieurs milliers d’années en Eurasie.
  • Les premiers ossements retrouvés associés à l’espèce ont été découverts en 1856 dans une carrière du vallon de Neander en Allemagne (Neandertal en allemand). Ce n’est que plus tard que d’autres restes fossilisés mis au jour plus tôt lui ont été associés.

Si, dans les dernières décennies, des similitudes sociales et intellectuelles avec l’Homo sapiens sont apparues au gré de l’avancement de nos connaissances, l’analyse de quelques vertèbres isolées tendait il y a quelques années à montrer une grande différence sur le plan de l’anatomie.

Squelettes d’un néandertalien et d’un humain. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Squelettes d’un néandertalien (à gauche) et d’un humain (à droite).

Photo : Musée américain d'histoire naturelle/Ian Tattersall

Selon ces investigations, les Néandertaliens ne possédaient pas encore une colonne vertébrale en forme de double S bien développée comme leurs cousins Homo sapiens.

Les présents travaux contredisent cette théorie.

L’expert en médecine évolutionniste Martin Haeusler et ses collègues de l’Université de Zurich ont reconstruit virtuellement le bassin et la colonne vertébrale d’un homme de Néandertal à partir d’un squelette très bien préservé mis au jour en 1908 à La Chapelle-aux-Saints, en France.

Ce modèle anatomique généré par ordinateur montre que l’individu en question présentait une région lombaire et un cou courbés, tout comme les humains d'aujourd'hui.

Illustration de l'ancienne reconstitution (à gauche) et la nouvelle.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'ancienne reconstitution (à gauche) du bassin et de la colonne vertébrale et la nouvelle.

Photo : Université de Zurich

C’est en reconstruisant son bassin que les chercheurs ont découvert que son sacrum était positionné de la même manière que chez l'humain moderne, une réalité qui montre qu’il possédait une courbure bien développée de la région lombaire.

En outre, des marques d'usure proéminentes montrent qu’elles étaient en partie causées par la courbure de la colonne.

Dans l'ensemble, il n'y a pratiquement aucune preuve que les Néandertaliens avaient une anatomie fondamentalement différente.

Martin Haeusler, expert en médecine évolutionniste

« Le moment est venu de reconnaître les similitudes fondamentales entre les Néandertaliens et les humains modernes et de mettre l'accent sur les changements biologiques et comportementaux subtils qui se sont produits chez les humains à la fin du Pléistocène », conclut Martin Haeusler.

Reconstruction virtuelle du squelette de La Chapelle-aux-Saints, basée sur des imageries 3D haute résolution de la colonne vertébrale et du bassin.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Reconstruction virtuelle du squelette de La Chapelle-aux-Saints, basée sur des imageries 3D haute résolution de la colonne vertébrale et du bassin.

Photo : Université de Zurich

En novembre dernier, une étude des crânes de plus de 200 néandertaliens et humains qui vivaient au paléolithique supérieur avait permis d'établir que les deux espèces présentaient des taux similaires de lésions, ce qui laisse à penser que leurs vies n'étaient pas plus violentes que celles de nos ancêtres.

Le détail de ces travaux est publié dans les Annales de l’académie américaine des sciences (Nouvelle fenêtre) (PNAS).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Anthropologie

Science