•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada s'engage dans la mission lunaire des États-Unis

Le premier ministre Justin Trudeau a visité jeudi le centre de contrôle robotique de la station spatiale internationale sous les yeux de sa fille Ella-Grace et du contrôleur de vol robotique Jason Seagram, au siège social de l'Agence spatiale canadienne, à Saint-Hubert. Photo: La Presse canadienne / Ryan Remiorz
Radio-Canada

Le premier ministre Justin Trudeau annonce que le Canada participera à la mission spatiale lunaire dirigée par les États-Unis. Une mission à laquelle Ottawa consacrera plus de 2 milliards de dollars et qui permettra au programme spatial canadien de connaître un nouvel élan.

De passage à l'Agence spatiale canadienne, à Longueuil, Justin Trudeau a fait la plus importante annonce des deux dernières décennies dans le secteur spatial canadien en confirmant que le Canada se joint au projet Lunar Gateway (passerelle lunaire) de la NASA. Une mission qui deviendra « la pierre angulaire » de la nouvelle stratégie spatiale canadienne, selon Ottawa.

Le gouvernement libéral prévoit injecter 2,05 milliards de dollars sur 24 ans dans cette stratégie. Cette somme s’ajoutera au financement de l’Agence spatiale canadienne.

Ottawa n’a pas mis à jour sa politique dans ce domaine depuis 25 ans, alors que les principales nations spatiales ont, pour la plupart, revu leur stratégie dans la dernière décennie.

Le secteur spatial génère 22 000 emplois directs et indirects au pays et des revenus d’au moins 5,6 milliards de dollars par année.

Le Canada met le cap sur la lune.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada
Une image du concept de poste avancé lunaire du projet Lunar Gateway de la NASAUne image du concept de poste avancé lunaire du projet Lunar Gateway de la NASA Photo : NASA

La Lune, Mars et la robotique canadienne

Le programme Lunar Gateway a pris de l’ampleur lorsque le président américain Donald Trump a réorienté les priorités de la NASA en matière d’exploration spatiale.

Il s’agit du plus grand projet d’exploration de la communauté spatiale internationale.

La NASA veut placer la station en orbite autour de la Lune. Cette future base avancée sera 1000 fois plus loin que la station spatiale internationale actuelle. Elle doit aussi ouvrir la voie à l’exploration sur Mars.

Ottawa faisait face à une pression intense de la part de Washington pour qu’il soit un partenaire et un joueur clé dans cette aventure.

Le gouvernement Trudeau tardait à s’engager même si la NASA avait offert, à la mi-novembre, un vibrant plaidoyer en faveur d’une participation canadienne. « Nous devons tirer parti des capacités exceptionnelles développées par le Canada », avait alors indiqué Jim Bridenstine, l’administrateur de la NASA.

Un bras spatial intelligent

Un astronaute arrimé au Canadarm, le « bras spatial canadien » attaché à une navette spatiale américaineUn astronaute arrimé au Canadarm, le « bras spatial canadien » attaché à une navette spatiale américaine Photo : Getty Images / NASA/Getty Images

C'est essentiellement pour la construction et la mise au point d'un bras robotique externe, doté de capacités d’intelligence artificielle, pour construire et réparer la future station saptiale que la NASA s'adresse à l'industrie saptiale canadienne, a confirmé Justin Trudeau.

Rappelons que c'est la compagnie canadienne MDA, qui a construit les réputés Canadarm et Canadarm2 pour les navettes américaines et la Station spatiale internationale. La division spatiale de MDA pourrait une fois de plus devenir le fournisseur de la version lunaire du nouveau bras canadien.

La portée et la conception de Lunar Gateway ouvrent également la porte à des rôles supplémentaires pour les astronautes canadiens.

« La station spatiale internationale peut-être contrôlée à partir de la Terre à n’importe quel moment. La distance de Lunar Gateway nécessitera un niveau d’autonomie qui n’a jamais été atteint auparavant en robotique et dans les systèmes d’exploration », a expliqué Justin Trudeau.

Les Canadiens sont les pionniers de cette technologie. Nous avons le talent et l'expertise. C'est à notre tour d'être les meneurs.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada
Vêtu de sa combinaison, il salue de la main droite L'astronaute québécois David Saint-Jacques. Photo : Reuters / Shamil Zhumatov

Calmer le jeu?

L’annonce survient au moment où plusieurs joueurs de l’industrie canadienne déplorent l’absence d’une véritable feuille de route de la part d’Ottawa et lui demandent de renverser le déclin de la capacité spatiale canadienne. Le gouvernement fédéral n’a effectué aucun investissement notable dans ce secteur stratégique au cours des 15 dernières années.

Faute de financement, l’Agence spatiale canadienne avait même dû abandonner dernièrement sa participation à un projet clé de la NASA, celui du télescope WFIRST.

Avec les informations de Marc Godbout

Politique fédérale

Politique