•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'arrêt des activités de trois mines d'uranium nuit aux communautés du nord

Des travailleurs dans une mine d'uranium.

Des membres de médias marchent dans la mine souterraine lors d'une visite de Cameco dans la mine d'uranium de Cigar Lake, en Saskatchewan (archives).

Photo : La Presse canadienne / Liam Richards

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les compressions effectuées par le géant de l'uranium Cameco, en Saskatchewan, dans les dernières années sont difficiles pour certains villages de la province qui voient leur population diminuer.

Cameco a procédé à la fermeture de trois mines d’uranium en Saskatchewan, à Rabbit Lake, à McArthur River et à Key Lake au cours des dernières années. Au total, 810 travailleurs miniers et 219 employés au siège social de Cameco, à Saskatoon, se sont retrouvés sans emploi, ce qui soulève des craintes pour la vitalité socioéconomique des villages touchés, mais aussi de villages voisins.

Nick Daigneault, le maire de Beauval, un village situé à trois heures de la mine de Rabbit Lake, affirme que 86 employés de Cameco et plusieurs autres travailleurs contractuels, tous originaires du village, ont perdu leur emploi. Il qualifie ces mises à pied de « dévastatrices » pour son village de 900 habitants.

Des familles entières quittent désormais Beauval pour occuper des emplois dans l’industrie du pétrole, de la potasse ou de la pêche commerciale.

Le portrait du maire de Beauval. L'homme porte une chemise bleue et des lunettes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Nick Daigneault, le maire de Beauval, en Saskatchewan, déplore les mises à pied de 86 employés de Cameco (par Nick Daigneault).

Photo : Nick Daigneault

M. Daigneault entrevoit ces pertes d’emplois comme un « signal d’alarme » pour les communautés du nord-ouest de la Saskatchewan. Il interpelle maintenant les dirigeants de la province pour qu'ils contribuent à diversifier davantage l’économie de la région, en misant, entre autres, sur le tourisme.

Inquiétudes à La Ronge

Selon le maire de La Ronge, Ron Woytowich, plus de 100 maisons sont maintenant à vendre dans son village depuis la fermeture, l’été dernier, des mines de McArthur River et de Key Lake.

Le maire soutient également que plusieurs familles réduisent leurs dépenses, à cause des mises à pied, en retirant par exemple leurs enfants de leur équipe de hockey.

Ils peuvent obtenir un travail similaire dans une autre mine (...) Mais ils ne peuvent pas l'obtenir ici.

Une citation de : Ron Woytowich, maire de La Ronge
Le maire de La Ronge porte des lunettes, une chemise rouge à motifs. Derrière lui, le décor est rouge vif. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

« Toute la communauté en souffre » déclare Ron Woytowich, le maire de La Ronge, en Saskatchewan (Olivia Stefanovich / CBC).

Photo : Olivia Stefanovich / CBC

La chute du prix de l’uranium montrée du doigt

Les prix de l’uranium ont chuté de 23 % entre 2015 et 2018, selon les données de l’entreprise canadienne Cameco.

Tim Gitzel, le président-directeur général de Cameco, affirme qu’il vaudrait mieux laisser l’uranium dans le sol plutôt que de le vendre à un prix aussi faible. Selon lui, le prix de l’uranium « n’est pas du tout près du niveau nécessaire » pour rouvrir les mines au nord de la Saskatchewan.

Nous avons pris des décisions extrêmement difficiles (...). Malheureusement, les prix d’aujourd’hui sont encore loin d'être à la hauteur de nos besoins.

Une citation de : Tim Gitzel, le président-directeur général de Cameco

Cameco attribue notamment la baisse du prix de l’uranium à la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !