•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Le mariage civil célèbre ses 50 ans au Québec

    Radiojournal, 10 mars 1969
    Radio-Canada

    Il y a 50 ans, le mariage civil était instauré dans le Code civil du Québec. Il devenait désormais possible pour un couple de s'unir devant la loi, et non devant un membre du clergé.

    Au Radiojournal du 10 mars 1969, le correspondant parlementaire Rosaire Pelletier communique les détails de cette nouvelle loi à l’animateur Géralde Lachance.

    C’est au greffe de la cour supérieure de sa région que l’on peut célébrer un mariage civil.

    La cérémonie civile est beaucoup plus brève que la religieuse.

    En une douzaine de minutes, le protonotaire fait la lecture de quelques articles de la loi, puis prononce la formule classique « Voulez-vous prendre pour époux… »

    Le mariage civil est plus coûteux que celui célébré à l’église, soit 100 $ le samedi ou 75 $ durant la semaine. Et les fleurs ne sont pas fournies!

    D’autres détails de l’étiquette ne sont pas laissés à la discrétion des futurs époux.

    Le protonotaire ou son adjoint et le greffier devront porter la toge, la chemise blanche, la cravate foncée et le pantalon sombre ayant comme arrière-scène le drapeau du Québec, qui devra être hissé à l'endroit au le mariage sera célébré.

    Le journaliste Rosaire Pelletier
    Discours de Thérèse Casgrain, 10 février 1965

    L’instauration du mariage civil s’inscrit dans une démarche de révision du Code civil du Québec entreprise au début des années 60.

    Comme en témoigne cet extrait d’un discours de Thérèse Casgrain daté du 10 février 1965, le mariage civil est vu comme un outil d’émancipation juridique de la femme.

    Se définissant elle-même comme catholique, la grande humaniste soulève la nécessité de permettre à des personnes athées de se marier légalement.

    Elle souligne aussi l’importance de modifier la loi afin d’assouplir le processus de divorce.

    En 1965, l'obtention du divorce demandait un décret du Parlement canadien.

    Présent édition métropolitaine (audio), 1er mai 1970

    Le premier mariage civil au Québec est célébré le 2 mai 1969.

    Un an plus tard, la journaliste Marie-Josée Dulac fait le bilan de cette nouvelle loi à l’émission radio Présent édition métropolitaine.

    Entre le 2 mai 1969 et le 1er mai 1970, plus de 2000 mariages civils ont été célébrés au Québec. On y compte 192 mineurs, 62 veufs et 553 divorcés.

    À l’époque, l’âge légal pour se marier est de 12 ans pour une fille et 14 ans pour un garçon, avec le consentement des parents.

    Le protonotaire Jacques Prévost confie n’avoir dû refuser qu’un seul mariage en raison d’un lien de parenté.

    Autrement, la personne la plus jeune à s’être mariée était une jeune fille de 16 ans et la plus âgée avait 85 ans.

    Le mois de décembre a été particulièrement achalandé et les demandes s’accumulent. Les intéressés doivent attendre au moins deux mois avant de pouvoir s’unir devant la loi.

    Cinquante ans plus tard, 61 % des mariages sont célébrés civilement, soit devant un notaire, un greffier ou une autre personne désignée.

    Les conditions pour se marier de nos jours : être consentant, être libre de tout lien matrimonial et être âgé d’au moins 16 ans.

    Les conjoints de même sexe peuvent pour leur part se marier au Canada depuis le 20 juillet 2005.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Société