•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trois hommes accusés d'agressions sexuelles à la suite d'une rencontre en ligne à Gatineau

Un homme en photo.

Michel Giroux a été accusé d'agression sexuelle, de vaincre la résistance à la perpétration d'une infraction par l'administration d'une substance et de partage non consensuel d'images intimes.

Photo : Courtoisie : Service de police de la Ville de Gatineau

Radio-Canada

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) a procédé à l'arrestation de trois hommes qui ont été accusés notamment d'agression sexuelle à la suite d'une rencontre en ligne. La police craint qu'il y ait d'autres victimes et invite la population à la contacter.

Michel Giroux, 26 ans, Simon Lavoie, 27 ans, et Hasan Demirovic, 31 ans ont été arrêtés mardi à 15 h 30 par la police.

Les enquêteurs du SPVG ont reçu en 2018 trois plaintes d'agressions sexuelles dont une fait toujours l'objet d'une enquête. Les faits se seraient déroulés au cours de cette même année.

M. Giroux utilisait le même mode opératoire. Par le biais d'applications de rencontre en ligne comme Tinder et Bumble, il utilisait sa véritable identité et invitait la victime à le rejoindre chez lui ou à se rendre chez un ami, selon un communiqué du SPVG diffusé mercredi.

Une fois chez M. Giroux ou l'ami de ce dernier, la victime était ensuite en présence des deux suspects. Ces derniers auraient fait consommer de l'alcool contenant une substance intoxicante, comme du GHB, croit le SPVG.

Un homme.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Michel Giroux sur trois photos de profil différentes. Les deux photos de droite étaient celles qui étaient utilisées pour les applications de rencontre en ligne.

Photo : Courtoisie : Service de police de la Ville de Gatineau

Voici les principaux effets du GHB :

  • Sensation d'ivresse;
  • Absence d'inhibition;
  • Vision rétrécie;
  • Manque d'équilibre et perte de contact avec la réalité;
  • Altération du jugement et confusion;
  • Sensation de calme ou d'euphorie;
  • Signes d'excitabilité ou d'agressivité;
  • Frissons et nausées;
  • Amnésie et hallucinations;
  • Perte de conscience.

Source : SPVG

S'ensuivent des actes sexuels pratiqués sur la victime, auxquels monsieur Giroux et l'autre homme présent prennent part, et ce, malgré l'absence de consentement de la victime, indique le Service de police.

Les trois hommes ont été accusés d'agression sexuelle et de vaincre la résistance à la perpétration d'une infraction par l'administration d'une substance.

En plus de ces deux accusations, Michel Giroux a été accusé de partage non consensuel d'images intimes.

Les trois suspects seront détenus jusqu'à leur comparution mercredi matin.

L'enquête se poursuit et la police pense que d'autres accusations pourraient être portées.

Nous invitons les personnes qui auraient pu être victimes de monsieur Giroux, ou de toute autre personne, à porter plainte ou à demander de l'aide à des organismes spécialisés. En matière d'agression sexuelle, la dénonciation est souvent difficile pour les victimes qui se sentent coupables et honteuses, a indiqué l'agente Andrée East par voie de communiqué.

Quelles précautions pour le premier rendez-vous à la suite d'une rencontre en ligne :

  • Les premières rencontres devraient toujours avoir lieu en terrain neutre, comme dans un lieu public;
  • Il importe de planifier son propre moyen de transport pour l'aller et le retour;
  • Il vaut mieux prévenir des proches de cette rencontre en leur disant où elle a lieu, avec qui et l'heure à laquelle elle est supposée se terminer;
  • Il est préférable de conserver ses effets personnels sur soi (téléphone cellulaire, clés, cartes d'identité, etc.);
  • Si on ressent un malaise envers la personne, la meilleure chose à faire est de se fier à son instinct et de partir sans hésiter.

Source : SPVG

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.