•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un registre de vaccination pour tous les élèves britanno-colombiens

Une femme reçoit une piqûre, donnée par une autre femme avec des gants de la latex. Un homme, assis derrière, observe la vaccination.

Une femme reçoit le vaccin combiné contre la rougeole, la rubéole et les oreillons (RRO), mardi, à Vancouver.

Photo : Sean Holden/CBC

Radio-Canada

Dès la rentrée de septembre prochain, les parents de la Colombie-Britannique pourraient devoir indiquer obligatoirement l'état de vaccination de leurs enfants aux autorités scolaires, affirme le ministre de la Santé, Adrian Dix.

Le ministre a fait état de son intention après l’éclosion d’une épidémie de rougeole dans les écoles francophones. Il rejette toutefois la vaccination obligatoire.

Selon lui, un registre de vaccination aiderait les autorités de santé publique à répondre aux épidémies plus efficacement.

La médecin en chef de la province, Bonnie Henry, se réjouit de l’annonce. « Ça nous permettra de savoir exactement où, dans quelles écoles, il y a une sous-immunisation des enfants et d’être plus efficaces en cas d’éclosion d’une maladie », explique-t-elle.

L’objectif est aussi d'améliorer les taux de vaccination, explique le ministre Adrian Dix. Selon le Centre de contrôle des maladies infectieuses de la Colombie-Britannique, en 2017, 11,6 % des enfants de 7 ans n'avaient pas été vaccinés contre la rougeole.

Une occasion de sensibiliser les parents

Bonnie Henry espère que l’inscription obligatoire permettra de donner de meilleures informations aux parents, en les mettant en contact avec des experts des différentes régies de santé de la province.

On veut s’assurer que ceux qui ne souhaitent pas faire vacciner leurs enfants le font après avoir eu une bonne discussion avec une personne administrant la vaccination qui connaît le sujet.

Bonnie Henry, médecin en chef de la Colombie-Britannique

Elle soutient qu’ils comprendront mieux ainsi les risques qu’un manque de vaccination peut comporter pour leurs enfants et le reste de la communauté scolaire.

« Il y a beaucoup de désinformation, c’est une bonne occasion de rappeler que ces maladies courent toujours, en ayant une discussion franche et sans jugement », ajoute-t-elle.

L’inscription obligatoire existe en Ontario et au Nouveau-Brunswick.

Colombie-Britannique et Yukon

Vaccination