•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Laurentienne éliminera 350 postes en 2019

Succursale de la Banque Laurentienne à Montréal

Succursale de la Banque Laurentienne à Montréal

Photo : La Presse canadienne / Paul Chiasson

La Presse canadienne

La Banque Laurentienne éliminera 350 postes au cours de la prochaine année, soit environ 10 % de ses effectifs, l'institution financière ayant vu ses profits plonger de 32 % au premier trimestre.

Cette restructuration, annoncée mercredi, s'inscrit dans le cadre d'un plan de transformation de la banque, qui souhaite n'offrir que des conseils dans ses succursales d'ici la fin de 2019.

Ainsi, la Laurentienne prévoit « rationaliser » des fonctions administratives dans son secteur des services aux particuliers par l'entremise d'attrition, de départs anticipés à la retraite ainsi que de « réductions de postes ciblées ».

L'institution financière québécoise n'a toujours pas conclu de nouveau contrat de travail avec plus de 1000 employés syndiqués, dont la convention collective est venue à échéance le 31 décembre 2017.

En ce qui a trait à sa performance au premier trimestre terminé le 31 janvier dernier, la Laurentienne a livré des résultats sous les attentes des analystes en affichant un bénéfice net de 40,3 millions de dollars,

De son côté, le chiffre d'affaires total a fléchi de 9 %, pour atteindre 242,3 millions de dollars.

Abstraction faite des éléments non récurrents, le profit ajusté de la banque a été de 44,7 millions de dollars, ou 98 cents par action, par rapport à 63,2 millions de dollars, ou 1,49 $ par action, au premier trimestre de l'exercice précédent.

Les analystes sondés par Thomson Reuters Eikon tablaient sur des recettes de 259,78 millions de dollars sur un bénéfice ajusté par action de 1,29 $ par action.

Selon le chef de la direction de la Laurentienne, François Desjardins, la performance de la banque au premier trimestre a été affectée par la baisse des revenus tirés du secteur des marchés financiers. La volatilité des marchés à la fin de 2018 a pesé sur les résultats trimestriels de plusieurs banques canadiennes.

Finance et assurances

Économie