•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Chambly mise sous tutelle

L'hôtel de ville de Chambly, entouré d'un périmètre de sécurité.

Les équipes de l'UPAC ont débarqué à Chambly tôt mercredi matin.

Photo : Radio-Canada / Simon-Marc Charron

Radio-Canada

La ministre des Affaires municipales et de l'Habitation du Québec, Andrée Laforest, a mis sous tutelle de la Ville de Chambly, où l'Unité permanente anticorruption (UPAC) a mené une série de perquisitions.

C'est donc dire que la municipalité sera gérée jusqu'à nouvel ordre par la Commission municipale du Québec (CMQ). Le conseil municipal demeurera fonctionnel, mais ses décisions devront être approuvées par la CMQ.

« Cette décision donne suite à des vérifications en cours à la CMQ concernant des déficiences dans la gestion municipale et des allégations liées à des manquements en matière d'éthique et de déontologie », dit le communiqué de la ministre, qui indique en outre qu'« une analyse est également menée actuellement par le Commissaire à l'intégrité municipale et aux enquêtes (CIME) ». Le CIME, qui remplace depuis octobre le Bureau du commissaire aux plaintes, a le pouvoir de procéder à des vérifications lorsque des actes répréhensibles en lien avec une municipalité ou un organisme municipal sont signalés.

La CMQ accompagnera la Ville de Chambly dans sa gestion jusqu'à ce que ces instances aient fait la lumière sur les dysfonctionnements et les agissements dénoncés.

Extrait du communiqué de la ministre Laforest

La Commission aura le pouvoir de nommer, de destituer, de suspendre sans traitement ou encore de remplacer les officiers, les fonctionnaires et les employés de Chambly. Elle pourra aussi intervenir dans toutes les causes intentées contre la Ville.

« On est rendu loin », a convenu la ministre dans un point de presse en début d'après-midi, ajoutant qu'elle suivait la situation de très près depuis sa nomination.

« C'est à la lumière de toutes les informations reçues que j'ai recommandé au Conseil des ministres la tutelle de Chambly », a-t-elle expliqué.

« Ce qu'on doit faire maintenant, c'est redonner la confiance à Chambly, aux citoyens », a-t-elle affirmé. « Et je pense qu'aujourd'hui, à Chambly, les gens sont rassurés. »

Des policiers à l'hôtel de ville

L'opération de l'UPAC a été lancée tôt en matinée mercredi. Des policiers ont été aperçus à trois endroits depuis : à l'hôtel de ville, au centre administratif de Chambly, rue Martel, et dans un bâtiment utilisé par le service des travaux publics, sur le boulevard Industriel.

Une soixantaine d'employés de la municipalité se sont heurtés à des portes fermées en arrivant au travail.

Des policiers entre à l'hôtel de ville.

L'opération a débuté tôt en matinée.

Photo : Radio-Canada / Pascal Robidas

Le maire de Chambly, Denis Lavoie, n'a pas voulu offrir de commentaire à Radio-Canada sur la situation.

La directrice des communications de la Ville de Chambly, Micheline Le Royer, lui a toutefois parlé. « Il était surpris que les gens ne l'aient pas appelé, parce qu'il aurait collaboré, a-t-elle rapporté. Il aurait aimé pouvoir collaborer, mais ils [l'UPAC] vont faire leur travail et on va voir la suite. »

En direct sur ICI RDI, la conseillère de l'opposition Alexandra Labbé s'est dite à la fois « étonnée » et « intriguée » par l'opération de l'UPAC.

« On a hâte de savoir, pour les citoyens aussi, ce qui se passe vraiment à la Ville », a-t-elle déclaré, rappelant que son parti, Démocratie Chambly, avait fait plusieurs demandes d'enquête par le passé.

On est [...] soulagés de savoir qu'on est pris au sérieux, que nos demandes ont été entendues.

Alexandra Labbé, conseillère d'opposition

Démocratie Chambly et le Mouvement citoyen de Chambly avaient formulé une demande conjointe en décembre dernier pour que le gouvernement du Québec procède à une mise en tutelle de la Ville de Chambly et qu'il autorise une enquête publique élargie.

Une pétition ayant recueilli plus de 6000 signatures avai été acheminée à Québec la semaine suivante pour convaincre la ministre d'agir en ce sens.

Denis Lavoie à l'hôtel de ville

Le maire de Chambly, Denis Lavoie

Photo : Radio-Canada

Denis Lavoie dirige la ville de Chambly depuis 2005; il a été élu quatre fois au poste de maire. Il est en congé de maladie depuis novembre dernier.

L'administration de M. Lavoie a été mêlée à diverses controverses dans les derniers mois, dont la démolition de la maison Boileau, un bâtiment ancestral. De plus, une enquête de Radio-Canada a révélé qu'un climat d'intimidation régnait à l'Hôtel de Ville.

Le lendemain de sa diffusion, la ministre Laforest avait demandé à la CMQ d'intervenir.

Avec la collaboration de Pascal Robidas et de Marie-France Bélanger

Grand Montréal

Politique municipale