•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Motoneigistes hors piste : des contraventions venues des airs

Un homme sur une motoneige dans un champ s'approche d'un secteur boisé

Un motoneigiste dans un champ s'approche d'un secteur boisé.

Photo : Shutterstock

Maxime Corneau

Des agents du ministère de la Faune ont utilisé un hélicoptère afin de remettre des constats d'infraction à des motoneigistes qui circulaient dans la réserve faunique des Laurentides, la fin de semaine dernière.

Au total, 16 motoneigistes ont reçu un constat de 361 $ pour s’être retrouvés à l’extérieur des sentiers balisés, ce qui est proscrit dans une réserve faunique.

Depuis quelques années, aidés par la puissance de leur engin, les motoneigistes sont de plus en plus nombreux à s'aventurer à l’extérieur des sentiers. Or, cette recherche de neige poudreuse hors piste n’est pas autorisée dans les parcs nationaux et les réserves fauniques.

Dans le cas de l’opération de samedi dernier, le Ministère estime qu’il s’agissait d’un contrôle nécessaire pour protéger le petit cheptel de caribous forestiers de la réserve faunique des Laurentides.

« Les motoneigistes font de nouvelles traces dans la forêt, ce qui va permettre aux prédateurs du caribou et de l’orignal d’avoir accès au gibier », explique Mireille Poirier, adjointe au soutien opérationnel pour le Ministère.

Mme Poirier rappelle que l’hiver est une période critique pour les cervidés, qui souffrent de sous-alimentation. La présence de motoneiges près de leur ravage – une aire d'hivernage où le cheptel se rassemble – les mettrait en grand danger, mentionne-t-elle tout en précisant que beaucoup de femelles sont gestantes.

Une publication Facebook fait réagir

L’un des motoneigistes qui ont reçu un constat d’infraction a par ailleurs publié sur Facebook des images montrant l’arrivée des agents de protection du ministère de la Faune.

Réagissant à cette publication, de nombreux motoneigistes se plaignent que le Ministère utilise des moyens disproportionnés pour les intercepter.

À ce sujet, Mireille Poirier affirme qu’il est très difficile de pouvoir repérer les amateurs de sport motorisé puisque leurs bolides sont souvent plus puissants et plus rapides que ceux des agents.

L’hélicoptère devient donc le seul moyen efficace de mener une telle opération de contrôle, selon Mme Poirier.

Encadrer la motoneige hors piste

Mais pour William Berry-Lelièvre, qui faisait partie du groupe intercepté, « l’utilisation d’un hélicoptère est démesurée ».

Il reproche d’ailleurs au Ministère d’interdire la pratique de la motoneige hors piste pour protéger un petit groupe de cervidés.

« On parle ici d’interdire l’accès au parc des Laurentides pour environs 50 à 70 caribous », peste le jeune homme.

Il aimerait d’ailleurs que Québec se penche sur des mesures pour mieux encadrer la pratique de la motoneige hors piste, qui gagne en popularité.

« Dans la région de Québec, le nombre d’endroits où nous sommes tolérés est très [minime], explique-t-il. Le sport prend de l’ampleur chaque année et des mesures d’encadrement seraient beaucoup plus bénéfiques que des amendes. »

Motoneige

Justice et faits divers