•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sort incertain pour un chêne vieux de 250 ans à Toronto

Photo d'un énorme arbre qui pousse au-dessus du toit d'une maison

Le chêne situé derrière une maison de l'artère Coral Gables Drive a plus de 250 ans, selon la Ville.

Photo : CBC/Mike Smee

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Ville de Toronto a mis en veilleuse son plan d'acquérir une propriété pour protéger un chêne de 250 ans situé sur le terrain.

Le conseil municipal avait voté l'été dernier en faveur de l'idée d'acheter la maison du nord de la ville pour la raser et transformer le site en parc, mettant en vedette le chêne rouge.

Toutefois, après trois mois de négociations, la Ville n'a pas réussi à s'entendre avec le propriétaire sur le prix de vente.

Je suis vraiment fâchée, raconte une voisine Edith George, qui a été l'instigatrice du projet de protection de l'arbre, demandant même au fédéral de lui conférer la désignation de lieu historique national. Le chêne est déjà assujetti à un programme provincial de protection des arbres.

Cet arbre est riche en histoires sur l'histoire de notre pays. C'est une honte ce que la Ville fait.

Une citation de : Edith George, instigatrice du projet de protection du chêne

« Il y a une limite »

Le conseiller municipal du quartier, Anthony Perruzza, est déçu de la situation, mais montre du doigt le propriétaire. Si une personne sait que la Ville a la directive d'acheter cet arbre, dit-il, elle peut être tentée de refuser de négocier pour obtenir un peu plus.

Il y a évidemment une limite [à ce que la Ville peut payer].

Une citation de : Anthony Perruzza, conseiller municipal

Le courtier du propriétaire, Waleed Khaled Elsayed, refuse de discuter de la teneur des négociations, mais se dit attristé de la décision de la Ville.

C'est décevant. Je vais rencontrer à nouveau le propriétaire pour voir ce qu'on va faire, indique-t-il.

Le comité municipal des permis doit discuter de la question lors de sa réunion du 5 mars.

Avec les informations de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !