•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À l'aube du printemps, le souvenir des inondations de 2017 inquiète certains résidents de Gatineau

La rivière des Outaouais, en hiver, vue de Gatineau. De l'eau est visible.

Les riverains anticipent déjà les crues printanières.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

A quelques semaines de l'arrivée officielle du printemps, le spectre des inondations de 2017 à Gatineau commence à poindre dans les secteurs de la ville qui ont été touchés.

En raison des quantités importantes de neige reçues depuis le début de l'hiver, de la pluie et des nombreuses périodes de redoux, plusieurs résidents commencent à s'inquiéter.

Il y a des inquiétudes. Quand on voit, aux nouvelles, des toits qui s'effondrent parce qu'il y a trop de neige, ce n'est pas bon signe, a soutenu Michel Papineau, qui habite la rue Jacques Cartier.

Michel Papineau répond aux questions d'une journaliste près de la rivière des Outaouais. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Michel Papineau constate que certaines victimes des inondations de 2017 sont inquiètes.

Photo : Radio-Canada

Selon lui, ça va prendre beaucoup de temps pour que les inquiétudes des sinistrés de 2017 diminuent. Les conséquences de ces inondations ne sont pas encore terminées pour les sinistrés, a-t-il rappelé.

Les sinistrés, on transige encore, soit avec la Ville ou quoi que ce soit. Ça prend trois ou quatre ans avant que les dossiers soient terminés, a expliqué M. Papineau.

La Ville se veut rassurante

Le président du comité exécutif reconnaît que la quantité de neige peut être un facteur qui mène à des crues plus importantes. Il rappelle toutefois que le couvert de neige n'est pas le seul facteur pouvant contribuer à faire gonfler les rivières.

Ce n'est vraiment pas juste la neige. Il y a aussi la fonte rapide et, surtout, la pluie au printemps. C'est malheureusement ces trois aspects-là qu'on a eus au printemps 2017, a expliqué Cédric Tessier.

Il a indiqué qu'une vigie est faite en tout temps, notamment sur la hauteur des cours d'eau, mais, pour l'instant, il n'y a pas de raison de s'inquiéter.

Cédric Tessier répond aux questions des journalistes.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le président du Comité exécutif de la Ville de Gatineau, Cédric Tessier.

Photo : Radio-Canada

La Ville de Gatineau assure que rien ne laisse présager pour l'instant un printemps similaire à celui d'il y a deux ans. L'administration municipale a malgré tout commencé à surveiller la situation afin d'être prête à toute éventualité.

On a le matériel en place. On vérifie la hauteur des rivières, aussi avec Hydro-Québec pour leur gestion des barrages, en plus de vérifier la quantité de neige qui est tombée plus au nord, a entre autres évoqué le conseiller.

Le niveau d'eau et les débits sur la rivière des Outaouais sont actuellement légèrement au-dessus de la moyenne. La Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais indique toutefois que les conditions devraient demeurer stables toute la semaine.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Conditions météorologiques