•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des praticiens appuient la réforme du secteur de la santé

Une femme parle à des dames en fauteuil roulant alors qu'un caméraman tourne.

La ministre Christine Elliott rencontre des patients du centre de santé Bridgepoint avant l’annonce de la réforme.

Photo : La Presse canadienne / Tijana Martin

Radio-Canada

Des regroupements et responsables du secteur de la santé accueillent favorablement les changements à l'organisation du système de santé ontarien rendu publics mardi. La ministre ontarienne de la Santé, Christine Elliott, a annoncé la création d'une méga-agence qui va gérer le système et l'élimination de nombreuses organisations sectorielles, dont les régies régionales (RLISS).

L'Association des infirmières et infirmiers autorisés de l'Ontario a bon espoir que les soins de première ligne seront mieux financés, en éliminant une partie de la bureaucratie. En toute honnêteté, je pense que certaines de ces organisations ont de plus en plus de personnel, constate la PDG de l'association, Doris Grinspun. Je crois qu'elles doivent avoir un mandat clair.

La présidente de l'Association médicale de l'Ontario, qui représente les médecins, constate que les patients ont du mal, en ce moment, à obtenir les soins dont ils ont besoin. Si quoi que ce soit peut être fait pour leur faciliter la tâche, c'est positif, selon la Dre Nadia Alam.

Une femme répond aux questions des journalistes

La Dre Nadia Alam, de l'Association médicale de l'Ontario

Photo : Radio-Canada

Elle appuie la volonté de changement de la ministre Christine Elliott et estime qu'il était temps que cela se produise. L'Association veut évidemment prendre connaissance des détails du projet de loi. Comme organisation, et comme médecins, ajoute la Dre Alam, nous aimons l'idée de soins qui soient mieux intégrés pour les patients.

Un lit d'hôpital sur six est occupé par un patient qui devrait être dans un centre de soins de longue durée ou une résidence qui offre des services de soutien, explique le PDG de l'Association des hôpitaux de l'Ontario, Anthony Dale.

Il pense qu'une vision plus large du système de santé aidera à le décloisonner et à trouver des solutions à l'engorgement dans les hôpitaux.

Avec les informations de La Presse canadienne

Toronto

Politique provinciale