•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La gratuité du transport collectif après les tempêtes envisagée

Un cycliste suit de près un autobus sur une chaussée enneigée.

Certains ne choisissent ni l'auto ni l'autobus pour circuler à Montréal les lendemains de tempête.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Jérôme Labbé

Le conseil municipal de Montréal demande à la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) de se pencher sur la gratuité dans les transports en commun les lendemains de tempête.

Plus spécifiquement, les élus montréalais demandent à la CMM « de mandater sa commission du transport afin qu'elle étudie la pertinence d'offrir la gratuité des services de transport collectif sur l’ensemble du réseau de la Société de transport de Montréal le lendemain d’une tempête de neige, lorsqu’il y a une accumulation de neige au sol de 20 cm ou plus ».

La requête du conseil découle d'une motion déposée par l'opposition officielle lors de la séance ordinaire du conseil municipal, qui s'est terminée mardi.

À l'origine, la motion visait à demander à l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) de se pencher sur la question, mais le texte a fait l'objet d'un amendement de l'administration, et il a été adopté à l'unanimité par le conseil.

Conseiller associé au comité exécutif en matière de services aux citoyens et de mobilité, Craig Sauvé a justifié cet amendement en soulignant qu'il était important d'assurer une certaine cohérence régionale. Il ne faudrait pas, selon lui, que les transports en commun soient offerts gratuitement à Montréal les lendemains de tempête, mais qu'ils demeurent payants à Laval, à Longueuil ou ailleurs en banlieue.

Le texte de la motion rappelle par ailleurs que « la Ville de Montréal encourage déjà les automobilistes à utiliser les transports collectifs le lendemain de tempêtes de neige » et que « la gratuité des transports collectifs peut créer un incitatif pour les automobilistes qui permettrait de diminuer l’utilisation de la voiture et donc de réduire la congestion et les risques d’accident lorsque les conditions météorologiques sont dangereuses ».

L'opposition souligne en outre « qu'en moyenne, 30 % d'accidents supplémentaires sont répertoriés l'hiver ».

M. Rotrand répondant aux questions de CTV.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le conseiller de Snowdon, Marvin Rotrand, siège au conseil municipal de Montréal depuis 1982, ce qui fait de lui le doyen de l'Hôtel de Ville.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

Selon les recherches du conseiller indépendant Marvin Rotrand, ce genre de tarification n'est en vigueur dans aucune autre ville canadienne à l'heure actuelle. Mais la gratuité du transport collectif les lendemains de tempête serait selon lui « un gain pour toute la région ».

M. Rotrand, qui a longtemps siégé au conseil d'administration de la STM, a souligné que celle-ci avait déjà évalué que chaque jour de gratuité lui coûterait environ 1,5 million de dollars. Et comme la métropole doit composer avec en moyenne trois ou quatre tempêtes de neige de plus de 20 centimètres par hiver, la mesure coûterait selon lui entre 4,5 et 6 millions de dollars annuellement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Politique municipale