•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Orientation scolaire : l'Ontario en retard, selon un rapport

Des élèves en classe lèvent la main pour répondre à la question du professeur.
Des élèves lèvent la main dans une salle de classe. Photo: iStock
Rozenn Nicolle

Un rapport publié mardi par People for Education, un organisme pour l'éducation publique dans la province, dénonce le manque de ressources concernant l'orientation des élèves dans les écoles. Selon ce document, la province serait même en retard dans ce domaine par rapport au reste du pays.

Seulement 23 % des écoles élémentaires offrent les services d’un conseiller d’orientation, dénote le rapport. Malgré une augmentation par rapport à l’an passé (14 %), c’est un résultat trop faible selon l’organisme People for Education.

Annie Kidder pose dans les bureaux de Radio-Canada Toronto.Annie Kidder, directrice exécutive de People for Education, a déclaré que l'Ontario se laissait distancer par les autres provinces en ce qui concerne la préparation des élèves pour l'avenir. Photo : CBC / Muriel Draaisma

Toutes les écoles secondaires doivent avoir des comités consultatifs de planification de carrière et de vie (avec des enseignants, des administrateurs, des parents, des membres de la communauté et des étudiants), mais seulement 34 % en ont, peut-on également lire.

Et bien que ce soit obligatoire, seulement 57 % des écoles secondaires déclarent que tous leurs élèves ont un plan de parcours indépendant, un portfolio en ligne qui doit être mis à jour deux fois par an et qui contient des informations sur ce que l’élève apprend et souhaite faire.

Ces données ont été rassemblées après un sondage effectué auprès de 1254 écoles ontariennes des conseils scolaires publics et catholiques.

En Ontario, une politique a été mise en place il y a cinq ans pour soutenir la planification de la carrière et de la vie, et nous pensions que c’était important de vérifier son application, explique directrice générale de People for Education, Annie Kidder.

Combattre le décrochage scolaire et les problèmes de santé mentale

Pour Rose Cathy Handy, présidente de Bilingual Link, une agence qui fait le lien entre ceux qui cherchent et ceux qui offrent des emplois bilingues à Toronto, développer l’orientation des enfants dès leur bas âge est important.

Rose Cathy Handy est présidente de Bilingual Link, une entreprise de recrutement et de placement d'employés bilingues.
Rose Cathy Handy est présidente de Bilingual Link, une entreprise de recrutement et de placement d'employés bilingues. Photo : Radio-Canada

On voit aujourd’hui que c’est très important que les gens choisissent des formations qui sont liées à leurs intérêts, dit-elle.

Selon elle, cela permettrait aux jeunes de mieux choisir leur carrière et d’avoir une meilleure entrée sur le marché du travail. De plus, le décrochage scolaire et les problèmes de santé mentale, tous deux liés parfois à un mauvais choix de programme ou à un domaine professionnel non désiré, pourraient être évités.

La situation est pire dans les écoles francophones, d’après Mme Handy. Il faut que les francophones se conscientisent aux vraies questions de l’employabilité, lance-t-elle.

Disparités régionales et retard ontarien

Le rapport note également des disparités entre la grande région de Toronto, beaucoup mieux desservie, et le reste de la province, touché par une plus forte pénurie de conseillers d’orientation.

Il présente plusieurs recommandations pour améliorer la situation, notamment l’allocation de plus de ressources pour le développement professionnel des éducateurs le domaine de l'orientation pédagogique, ou encore des consultations avec milieu éducatif.

Il réclame aussi l'assurance que les parents et les élèves ont suffisamment d'informations sur les choix de cours au secondaire, y compris des données sur les résultats, les taux de diplomation et l'accès aux études postsecondaires.

Nous avons besoin que la province se penche là-dessus, dit Annie Kidder, de People for Education.

Nord de l'Ontario

Éducation