•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des peines plus sévères pour ceux qui cherchent la bagarre à Vancouver

Des passants déambulent devant un bar de la rue Granville à Vancouver.

De nombreux clubs et bars ont pignon sur la rue Granville, à Vancouver.

Photo : David Horemans/CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Une conseillère municipale de Vancouver réclame des peines plus sévères pour ceux qui s'adonnent à des actes de violence rue Granville, où de nombreux clubs et bars ont pignon sur rue.

La conseillère du parti politique Non-Partisan Association, Melissa De Genova, présente mardi une motion pour que la Ville puisse punir les gens qui participent à des rixes.

« C’est important que la Ville envoie le message qu’il n’est pas acceptable de venir à Vancouver, de blesser des gens et de ne pas en payer le prix », estime Mme De Genova.

Elle rappelle que, selon des données de 2016 de la police de Vancouver, 64 % des personnes mises en prison dans les nuits de vendredi à samedi n'habitaient pas Vancouver.

La motion soutient également que la majorité des amendes liées à des bagarres à Vancouver est liée au quartier de divertissement au centre-ville, notamment la rue Granville. Ces amendes monopolisent beaucoup de ressources de la part de la police et de la Municipalité, qui doit faire des suivis lorsque les amendes ne sont pas réglées.

Mme De Genova souhaite que la Municipalité envisage de ne pas renouveler un permis de conduire ou d’autres pièces d’identité émises par la province en cas d’amendes impayées.

« Quand on a une amende pour avoir fait de la vitesse, on nous retire des points de notre permis de conduire et on doit payer la contravention avant de pouvoir obtenir un renouvellement de permis », explique Melissa De Genova.

« Y réfléchir à deux fois »

Curtis Robinson, le président du programme Bar Watch, à Vancouver, pense que l'augmentation des amendes inciterait les bagarreurs potentiels à y réfléchir à deux fois avant de causer des ennuis.

« Ce serait un excellent rappel que ses gestes ont des conséquences si on est le genre qui se rend à Vancouver avec l'intention affirmée de chercher des ennuis ou de se battre », avance-t-il.

À l'heure actuelle, le non-respect des règlements municipaux en matière de bagarre entraîne une amende de 500 $.

Melissa De Genova dit que, si la motion est adoptée par le conseil municipal, le personnel de la Ville serait invité à consulter le service de police de Vancouver et le gouvernement de la Colombie-Britannique sur les moyens d’augmenter les amendes et les pénalités pour ceux qui ne les paient pas.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !