•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le racisme à l'endroit du hockeyeur Jonathan Diaby unanimement condamné

Jonathan-Ismaël Diaby en a surtout contre les gestes qui visaient sa famille.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada avec La Presse canadienne

De nombreuses voix dénoncent les propos et gestes racistes commis à l'endroit d'un joueur de hockey noir et de sa famille, samedi soir, à l'aréna régional de la Rivière-du-Nord, à Saint-Jérôme, dans les Laurentides, lors d'un match de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH), un circuit reconnu pour son jeu robuste, voire brutal.

Avec les informations de Mélissa François, Julie Marceau et Catherine Paradis

Pris pour cibles par plusieurs partisans des Pétroliers du Nord, de Saint-Jérôme, Jonathan-Ismaël Diaby, des Marquis de Jonquière, et ses proches ont quitté l’endroit pendant la deuxième période.

Quelques minutes plus tôt, le défenseur âgé de 24 ans, qui était sur le banc des punitions après avoir écopé d'une pénalité, a vu un partisan de l'équipe locale s'approcher pour tenter de l'intimider en l'injuriant. D'autres spectateurs s'en sont ensuite mêlés, lui lançant des insultes, certaines racistes. Craignant de ne pas pouvoir rester calme, Diaby a fini par demander à aller écouler son temps de pénalité dans le vestiaire.

Dans le même temps, d'autres spectateurs se sont mis à importuner des membres de sa famille qui assistaient au match.

« Il y a eu des commentaires racistes envers moi, ma famille, ma sœur, mon père, a relaté le jeune homme en entrevue. […] J’ai vu mon père – il y a des vidéos où il est dans une altercation avec quatre hommes environ. C’est le chum de ma sœur qui doit le retenir. Il se fait dire : “Va-t’en chez vous, t’as pas d’affaires ici!”, plein de choses comme ça. »

« Mon père s’est fait flatter les cheveux et ma copine s’est fait prendre le bras », a raconté Jonathan-Ismaël Diaby, qui dit avoir l’habitude de tolérer des propos déplacés durant les matchs, mais ne pas accepter que sa famille en souffre.

Moi, je joue, je suis là pour donner un spectacle. C’est mon devoir de continuer à jouer, c’est mon travail. Mais quand j’ai vu que ça atteignait les gens de ma famille, [...] j’ai décidé de quitter le match.

Jonathan-Ismaël Diaby, défenseur des Marquis de Jonquière

« Les gens de ma famille n’étaient plus en sécurité dans les estrades et j’ai pu le sentir sur la glace, a-t-il dit. C'était impossible pour moi d'accepter ça. »

Entrevue avec Jonathan Ismaël-Diaby

Benoit Gratton, entraîneur-chef des Marquis de Jonquière, pense que le défenseur a fait le bon choix en partant avant la fin du match.

« La meilleure décision à prendre, c’était pour lui de prendre sa famille et de quitter les lieux, parce que je suis certain que ça aurait sûrement fini d’une mauvaise façon, a-t-il estimé. Jonathan aurait peut-être fait un geste stupide qu’il aurait regretté après. Je pense que dans tout ça, Jonathan a été un homme. Je peux dire qu’il y a du respect… On est entièrement derrière lui : l’organisation, le staff, les propriétaires des Marquis de Jonquière. »

Il semble que les agents de sécurité embauchés par la direction des Pétroliers n'ont pas réagi quand il leur a été demandé d'expulser les partisans agressifs et qu'ils ont plutôt demandé aux proches de Jonathan Diaby de changer de place.

Robert Chevrier, l'un des propriétaires des Pétroliers du Nord, a dénoncé les propos tenus par certains partisans, mais il a refusé de blâmer les agents de sécurité.

On sait qu’il n’y a pas eu de coups qui ont été échangés. Donc, ça veut dire que le travail, pour moi, de la sécurité, c’était de séparer les gens. [...] Pour moi, le travail a été fait.

Robert Chevrier, coactionnaire des Pétroliers du Nord
Plan rapproché de M. Chevrier.

Robert Chevrier, coactionnaire des Pétroliers du Nord.

Photo : Radio-Canada

Dimanche, l'équipe des Pétroliers du Nord « a tenu à condamner ces paroles inacceptables » dans une publication faite sur les réseaux sociaux.

« Je ne peux pas croire que de tels propos peuvent être tenus et existent toujours en 2019 », a alors déclaré M. Chevrier.

La direction des Pétroliers du Nord présente ses excuses à Jonathan Diaby et sa famille pour les propos tenus par quelques individus qui ne représentent en rien les valeurs de l'organisation.

Les Pétroliers du Nord, sur Facebook

Sur la page Facebook de la LNAH, le commissaire Jean-François Laplante a publié une vidéo dans laquelle il dénonce vivement le comportement des partisans.

« Je tiens à m’excuser à Jonathan Diaby et à sa famille, y dit-il. Les propos racistes, sexistes, homophobes sont tout à fait inacceptables et intolérables, que ce soit dans la vie de tous les jours ou dans les arénas. Bien que cela concerne une infime partie de nos partisans, en prévision des séries éliminatoires qui arrivent à grands pas, je vous invite à être de bons partisans. »

Vague d'indignation

Enrico Ciccone, député libéral de Marquette et ancien joueur de la Ligue nationale de hockey (LNH), a lui aussi dénoncé les gestes posés samedi dernier.

« Les comportements qui ont été perpétrés et permis contre le jeune Jonathan Diaby, du Marquis, et sa famille, sont inacceptables! ZÉRO tolérance au harcèlement! ZÉRO tolérance au racisme! » a-t-il écrit sur Twitter.

Gros plan du visage de Georges Laraque qui parle à un point de presse.

L'ancien joueur de la LNH Georges Laraque

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Pour sa part, Georges Laraque, ex-joueur de la LNH aujourd'hui animateur de radio au 91,9 Sports, a reproché leur inaction à tous les spectateurs présents.

« Il y a 1250 personnes dans les estrades, a-t-il signalé. Pourquoi personne n’a rien fait? On parle de 30 personnes sur 1250 qui disaient des niaiseries, qui faisaient des conneries. Pourquoi personne n’a pris la parole? Pourquoi personne n’a fait un geste pour montrer qu’il était contre ça? ».

« Il y a encore tellement de chemin à faire dans la société pour qu'il y ait égalité, a estimé Georges Laraque. Dans les arénas, le hockey est considéré comme un sport de Blancs et le racisme dans le hockey, c'est trop facile. J'en ai été victime tout au long de mon parcours au hockey mineur. La LNAH doit faire comme dans la LNH et avoir un règlement qui oblige une équipe à agir en cas de tels incidents, d'expulser les spectateurs fautifs. »

Il semble que ce ne soient pas les premiers incidents du genre à se produire dans la LNAH. Même la Ligue des Noirs du Québec en a été saisie par le passé.

« Nous avons reçu plusieurs plaintes au sujet d'incidents du genre [dans la LNAH]. Nous croyons qu'il devrait y avoir des sanctions et que ce devrait être tolérance zéro, a déclaré le président de l'organisme, Dan Philip. Les responsables de cette ligue ne le font pas et c'est regrettable. »

Il semble que la LNAH ne compte pas sanctionner le club de Saint-Jérôme pour l'indiscipline de ses partisans.

Hockey

Société