•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un futur centre d’injection supervisée à Saskatoon

Jason Mercredi prépare une boîte pour des échanges de seringues au bureau actuel de l’organisme.

Jason Mercredi, le directeur d'AIDS Saskatoon, indique que des techniciens paramédicaux travailleront dans le futur centre d’injection supervisée à Saskatoon.

Photo : Radio-Canada / Don Somers

Radio-Canada

L'organisme AIDS Saskatoon prévoit ouvrir le premier centre d'injection supervisée de la province à Saskatoon à l'automne.

Aucune drogue ne sera interdite dans ce centre, indique le directeur général d’AIDS Saskatoon, Jason Mercredi.

« [Le centre] doit être ouvert à toutes les drogues si l’on ne veut pas empêcher l'accès à certaines personnes ou les isoler. L’objectif est d’amener les gens à collaborer », explique-t-il.

Le centre sera situé dans le bâtiment d’une ancienne pâtisserie, dans le quartier Pleasant Hill. Il sera proche de certains organismes qui offrent d’autres services aux toxicomanes comme la clinique communautaire Westside et le centre de santé et d’échanges de seringues du Conseil tribal de Saskatoon.

AIDS Saskatoon avait prévu depuis deux ans de faire une demande de permis du gouvernement fédéral pour ouvrir un tel centre. La demande d’exemption à la loi réglementant certaines drogues et autres substances sera présentée au gouvernement fédéral en avril.

Le traitement de cette demande peut prendre de deux à quatre mois. Jason Mercredi indique que les autorisations de la province et de la Ville ne sont pas nécessaires, puisque le bâtiment est déjà utilisé à des fins médicales.

À la recherche de l’appui de la communauté

Par contre, la procédure d’autorisation d’un centre d’injection supervisée exige la consultation de la communauté. Jason Mercredi est conscient de devoir faire face à certaines réticences à l’ouverture d’un tel centre dans le quartier.

Ce n’est pas un programme populaire, j’en conviens [...] Nous nous occupons de problèmes importants que la société ne veut pas aborder, pourtant nous savons que c’est nécessaire.

Jason Mercredi, directeur général, AIDS Saskatoon

Afin de répondre aux inquiétudes des habitants du quartier, le centre se dotera d’un conseil consultatif sur la sécurité communautaire pour discuter de certains problèmes de sécurité posés par sa présence.

Le Service de police de Saskatoon et différents groupes communautaires sont invités à faire partie de ce conseil.

« Est-ce qu'on préfère que les gens consomment leur drogue dans un centre supervisé, ou dans les parcs, les toilettes publiques et les ruelles », s'interroge Jason Mercredi.

Il indique que des techniciens paramédicaux travailleront dans le centre pour fournir certains premiers soins.

Jason Mercredi explique que, dans un premier temps, le centre cherche à prévenir des surdoses. Par la suite, l’objectif sera d’aider les gens à recevoir l’aide médicale nécessaire pour mettre fin à leur dépendance.

« On a hâte de voir comment cela va se passer. Mais on est inquiet aussi parce que des vies sont en jeu et on veut que tout se passe bien », conclut M. Mercredi.

Avec les informations de Chelsea Laskowski, CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Drogues et stupéfiants