•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le premier budget du gouvernement Legault sera dévoilé le 21 mars

Le ministre des Finances Éric Girard à l'Assemblée nationale

Le ministre des Finances Éric Girard à l'Assemblée nationale (archives)

Photo : The Canadian Press / Jacques Boissinot

Radio-Canada

Le ministre des Finances du Québec Éric Girard a annoncé mardi à l'Assemblée nationale que le premier budget du gouvernement Legault sera présenté le 21 mars, soit deux jours après celui du gouvernement Trudeau.

« Nous sommes prêts, on a travaillé sur le cadre financier, les prévisions économiques. Les arbitrages sont presque terminés. Toute l’équipe du ministère des Finances est prête pour cette date », a indiqué le ministre avant la période des questions.

Le budget enverra aux Québécois un message « cohérent avec les priorités données dans le discours d’ouverture », a ajouté M. Girard. « On peut s’attendre à des bonnes nouvelles en santé, en éducation. [Nous donnerons] la priorité à l’économie, à la création de la richesse. C’est vraiment en ligne avec nos priorités. »

Le budget de Québec pourrait notamment fournir au gouvernement l'occasion de confirmer l’abolition de la contribution additionnelle pour la garde d’enfants instaurée par le gouvernement Couillard, afin de ramener le tarif quotidien dans les garderies subventionnées à 8,05 $ par jour.

Il s'agit là d'une des mesures destinées à « remettre de l'argent dans la poche des Québécois » promises par la CAQ en campagne électorale. D'autres ont été déjà mises en oeuvre, comme la bonification de l'allocation familiale, ou ont été annoncées sans être budgétées, comme l'uniformisation du taux de la taxe scolaire.

Selon le dernier rapport mensuel des opérations publié au début du mois par le ministère, les coffres de l’État québécois enregistraient un surplus de 4,43 milliards de dollars après les huit premiers mois de l’année financière en cours.

Le gouvernement disait toutefois s’attendre à dégager un surplus de 1,7 milliard de dollars, en raison d'initiatives « ciblées et non récurrentes visant l'amélioration des services publics », d'un « ralentissement attendu de la croissance des revenus autonomes » et d'une « accélération prévue de la croissance des dépenses de programmes ».

Politique