•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pascale Renaud-Hébert, une artiste comblée

L'auteure Pascale Renaud Hébert  en répétition

L'auteure Pascale Renaud Hébert

Photo : Nicola-Frank Vachon

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À 30 ans, Pascale Renaud-Hébert dit vivre l'une des plus belles années de sa carrière. L'auteure et comédienne de Québec cumule les projets au théâtre et à la télé.

« Je me sens privilégiée », dit d’emblée Pascale Renaud-Hébert.

L’une des auteures de la série à succès M’entends-tu? à Télé-Québec est également coauteure de la réinterprétation du texte Antigone, dont la pièce sera présentée au Théâtre du Trident dès la semaine prochaine.

Elle vient également tout juste de terminer les représentations de Rotterdam à La Bordée, où elle y tenait le rôle d’une personne trans. Un rôle exigeant, mais stimulant, « une chance immense! Un rôle si bien écrit, si complexe », dit-elle.

Sauver des vies

Mais dès mercredi, c’est sa pièce Sauver des vies qu’elle a écrite et mise en scène, qui sera présentée à La Bordée.

« C’est un spectacle réaliste avec beaucoup de dialogues. »

Sauver des vies, présentée une première fois au théâtre Premier Acte en 2016, raconte l’histoire de deux femmes atteintes d’une maladie grave. Une histoire inspirée d’un événement vécu.

Trois hommes sont attablés pendant qu'une femme sert un repas dans des bolsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Répétition de la pièce Sauver des vies de Pascale Renaud Hébert

Photo : Nicola-Frank Vachon

« J’ai eu un membre de ma famille qui a été malade, j’ai vu les dommages collatéraux. Les gens se mobilisent autour de la personne malade, ça transforme nos personnalités. J’ai vu comment on se moule à cette situation-là, ça m’a ébranlé », explique la dramaturge.

Une histoire qui parle davantage de l’amour que de la maladie et de l’approche différente qu’on les gens envers celle-ci.

« D’un côté, il y a la mère de famille et de l’autre côté, il y a un couple dont la blonde est malade. Au début, ils vivent ça différemment. Je voulais montrer que dans la famille, c’est un tabou, personne n’en parle, tout le monde marche sur des œufs. Et de l’autre, le couple qui accepte et qui fonce dans la maladie presque paisiblement. Mais c’était difficile à écrire. »

Le plaisir du dialogue

Dès sa sortie du conservatoire d’art dramatique de Québec, Pascale Renaud-Hébert s’est mise à l’écriture.

« J’adore écrire, mais c’est arrivé un peu par nécessité. Quand tu finis l’école, il n’y a pas 1000 contrats. À un moment donné, tu crées ton emploi. Mais, j’ai toujours aimé écrire. »

Et depuis, elle n’a jamais cessé. Les projets se sont enchaînés (Julie - Tragédie canine, L’art de la chute, Le jeu, Subway, etc.).

L'auteure Pascale Renaud-Hébert Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'auteure Pascale Renaud-Hébert

Photo : Nicola-Frank Vachon

Le style réaliste de l’auteure et sa maîtrise des dialogues lui a permis de faire le saut aisément lorsque Florence Longpré l’a approchée pour l’écriture de M’entends-tu?.

« Écrire pour la télé pour moi c’était naturel, parce que ce que je préfère écrire, ce sont les dialogues. La télé, c’est beaucoup des dialogues », raconte celle qui reconnaît la chance qu’elle a d’écrire pour une série télé.

« On voulait écrire des personnages différents, complexes, moins lisses. La télé est lisse. On voulait parler de la réalité. C’est pas vrai que quand t’as trente ans, t’as un condo immaculé. Il y a des gens qui vivent dans la pauvreté. La pauvreté intellectuelle ou financière. Ces gens-là ont le droit d’avoir une tribune », dit l’auteure.

Antigone

C’est le metteur en scène Olivier Arteau qui a approché les auteures Pascale Renaud-Hébert, Rébecca Déraspe et Annick Lefebvre pour l’adaptation d’Antigone. Une adaptation contemporaine, même si la thématique et les enjeux restent les mêmes.

« La question qui s’est posée, c’est comment on transpose cette histoire dans le monde d’aujourd’hui. On a donc placé l’histoire dans le futur, dans 50 ans, alors que l’humanité est en train de mourir. Ça nous a donné une liberté dans l’écriture. »

Pascale Renaud-Hébert présentera également une autre de ses créations avec la compagnie de théâtre La Catapulte à Ottawa dès le mois d’avril. Princesse de personne est une pièce pour adolescents qui aborde le sujet du consentement.

Le public de Québec a pu découvrir cette pièce dans le cadre du festival du Jamais Lu, en 2018.

Quelques projets de Pascale Renaud-Hébert :

Sauver des vies, au Théâtre La Bordée, du 26 février au 23 mars
Lancement livre Sauver des vies aux Éditions L'Instant même au Théâtre de La Bordée, le 27 février à 17 h 30
Antigone, au Théâtre du Trident, du 5 au 30 mars
M'entends-tu?, à Télé-Québec, les mercredis à 22 h

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !